SENSIBILISATION SUR LES ACCIDENTS DE LA ROUTE Passer par les passerelles, pour rester en vie

ACCIDENTS DE LA ROUTEEn perspective d’une campagne de sensibilisation des accidents routiers, l’association des personnes handicapées accidentées a  organisé une séance de sensibilisation sur les accidents de la route, samedi  dernier 26 octobre.  La rencontre vise à sensibiliser la population à utiliser les passerelles pour éviter les accidents routiers.

Eviter les accidents routiers en utilisant les passerelles.  Tels sont les objectifs de cette rencontre organisée samedi dernier par l’association des personnes accidentées  en collaboration avec  l’Aser National.

«Notre but, ce n’est pas seulement les accidents des circulations, on essaye aussi d’informer aux gens, qu’il faut prendre les passerelles et de ne pas les négliger. J’ai subi mon accident en Europe. Depuis des années, je suis venu m’installer au Sénégal. Cette sensibilisation, ne se limite pas seulement aux personnes accidentées. Il ya les accidents aériens, maritimes. .. Vous avez vu ce qui s’est passé au marché Sandaga, J’étais là-bas, jusqu’a 4 heures du matin,», a souligné Boubacar Dabo, un des membres  de l’association.

Selon le président de l’association, Ousmane Ndoye «il faut condamner les accidents mortels. Il faut que les gens comprennent que les passerelles sont faites  pour être utilisées».

Il poursuit : «Nous avons créé une maquette de 800 mètres  de longueur. Axe patte d’oie -Nabil Choucair, on va mettre des fers roulants, car l’Ageroute a fait des défenses. Donc, on pourra faire des barrages et il faut qu’il soit aéré aussi. Si on créé cette maquette, les gens seront dans l’obligation de prendre la passerelle pour ne pas traverser l’autoroute. Il faut passer par des actes techniques, pour sensibiliser. C’est un lieu mouvementé et  chacun a sa participation à donner. Nous lançons un appel au Président de la République et les bonnes volontés. Il nous faut 250 millions pour que ce projet soit réalisé. Nous sommes mieux placés, nous les accidentés pour faire cette campagne».

Sur la même mouvance, Awa Sarr, Présidente de l’Aser national, fait remarquer : «on a un travail de plaidoyer   qu’on fait depuis 98. On travaille au niveau des autorités nationales et internationales. On mène aussi des programmes de sécurité routière. Actuellement, on travaille au niveau de la sécurité des écoles».

Avant de poursuivre : «un autre programme avec les casques routiers est prévu. Travailler avec le forum de la sécurité routière, avec l’association des accidentés, éviter les conflits, c’est pour leur bien.  C’est pour leur santé, pour leur sécurité ».

Dior NIASSE Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*