SEYDI GASSAMA d’AMNESTY: « Macky Sall ne devait pas accorder de l’importance à ces enregistrements… »

Seydi Gassama et CiePour Seydina Gassama d’Amnesty International, il n’est pas normal qu’on enregistre les gens, encore moins qu’on les écoute. A son avis, le Président Macky Sall a peut-être sanctionné le commissaire Keïta sur la foi des enregistrements, sous l’effet de la colère (ndlr – à cause des propos qui ont été relevés contre le président Sall dans ces enregistrements).

« Il ne devait pas accorder de l’importance à ces enregistrements parce que c’est illégal », note t-il ajoutant au passage qu’il entend souvent des personnes dire qu’on les écoute, avant de menacer : « si jamais un jour, je suis au courant que l’Etat m’écoute, je vais les traduire en justice » Concluant, il fera savoir que les écoutes téléphoniques doivent être encadrées.

SEYDI GASSAMA SUR L’AFFAIRE DE DROGUE DANS LA POLICE: « Si l’Assemblée nationale veut être crédible… »

Invité de l’émission « Sen Jootaay », Seydi Gassama, le secrétaire exécutif d’Amnesty International qui abordait la question de l’affaire de la drogue dans la police, a déploré la posture de l’Assemblée nationale.

« Si les députés veulent être crédibles, il faut qu’ils aient le courage de défendre le peuple ». Dans cette affaire, ajoute t-il, ils auraient dû mettre en place un comité d’enquête parlementaire, appeler le commissaire Keïta, le général Pathé Seck (ndlr- Ministre de l’Intérieur) et le commissaire Abdoulaye Niang (ndlr- le commissaire limogé et accusé par le commissaire Keïta) et les entendre.

Le militant des droits de l’homme pense tout simplement que les députés ont des juristes parmi eux, des membres qui connaissent bien tout ces procédures, ajoutant qu’ils peuvent s’organiser.

NETTALI.NET

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*