Seydou Gassama : ‘’Pourquoi il faut douter de la justice par rapport à l’affaire Fallou Sène’’

L’affaire du meurtre de Fallou Sène piétine. Un an, jour pour jour, après le décès de l’étudiant à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb), les responsabilités dans cette affaire tardent encore à être dégagées. C’est ce qui fait que les camarades du défunt, ont initié  une série d’activités pour commérer la mémoire de leur camarade. Le secrétaire exécutif de Amnesty international, Section sénégalaise, Seydi Gassama, joint par la Rfm, ce mercredi 15 mai 2019 n’a pas caché ses craintes de voir cette affaire classée sans suite. 

‘’Je crois qu’il est légitime de douter de la volonté de la justice de tirer cette affaire au clair. Rappelez-vous quand elle a eu lieu, le président de la République avait promis d’en faire une affaire personnelle. En outre, nous savons très bien que cette enquête avait été très rapidement bouclée à Saint-Louis par le Procureur Ndoye qui a renvoyé l’affaire à Dakar. Depuis lors, plus rien, alors que c’est une affaire qui devrait être traitée rapidement’’.  

Pour M. Gassama, tout dans ce dossier laissait poindre l’espoir de voir ce dossier jugé dans les plus brefs délais. Il dit savoir, pour preuve, qu’à la suite des évènements au cours desquels Fallou Sène est tombé sous les balles, le chef de la Légion Nord avait clairement dit que c’est le chef de peloton qui était ce jour-là à l’Université de Saint-Louis qui a tiré sur l’étudiant. ‘’Le chef de la Légion Nord a pointé du doigt l’auteur du meurtre de l’étudiant Fallou Sène. Alors c’est une enquête qui devrait pouvoir avancer très rapidement, et même aller jusqu’à un procès’’. Mais, depuis lors, peste-t-il, ‘’absolument rien n’a été fait. Il y a eu quand même des accusations qui avaient été portées sur l‘auteur présumé du coup par son supérieur hiérarchique donc nous ne voyons pas pourquoi l’enquête devrait traîner en longueur’’. 

In the Spotlight

COMPRENDRE LA “DÉVALUATION DU CFA” RESSENTIE EN ZONE CEMAC

by bishba in CONTRIBUTION 0

Face à la récente rumeur d’une dévaluation « en cachette » du Franc CFA utilisé en zone CEMAC, l’opinion publique, notamment au Cameroun, attend toujours une réaction officielle des autorités compétente. L’évocation du sujet par [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*