SIGNATURE DU PACTE SOCIAL Les travaux de la commission piétinent

Serigne Mbaye Thiam Le ministère de l'Education nationale
Serigne Mbaye Thiam Le ministère de l'Education nationale
Serigne Mbaye Thiam Le ministère de l’Education nationale

Le ministère de l’Education nationale n’a pas tardé d’apporter une réplique sur la sortie des syndicats d’enseignants soutenant farouchement le manque de volonté du gouvernement sur la signature du protocole d’accord devant stabiliser l’année scolaire. En attendant les travaux de la commission en charge  de l’élaboration de protocole, la chargée des syndicats, des affaires sociales et  des questions de genre du département en charge de ce secteur, Marie Siby Faye pense qu’il n’est point « opportun d’ameuter si nous voulons aller vers une année scolaire apaisée ».

La chargée des affaires sociales, des syndicats et  des questions de genre au ministère de l’Education nationale, affirme sans ambages qu’il n’est point « opportun d’ameuter si nous voulons aller vers une année scolaire apaisée». Marie Siby  Faye soutient que la commission en charge  de l’élaboration de protocole d’accord s’est retrouvée plusieurs fois pour proposer un projet d’accord avec une intégration des amendements de la plénière.

«On ne peut pas parler de points de blocage d’autant plus que sur les 11 points  de la plateforme revendicative, nous nous sommes entendus sur l’essentiel, il y a un point difficile portant validation des années de volontariat, de vacation et de contractualisation», souligne-t-elle.

Selon la conseillère technique, «l’objectif du gouvernement est de donner à nos enfants une éducation de qualité qui passe par le respect du quantum horaire, des enseignements de qualité et des meilleures conditions des enseignants». Avant de poursuivre : «le gouvernement part dans le sens de prendre des mesures qui permettraient d’atteindre une éducation de qualité. Nous n’avons aucun intérêt à bloquer les négociations».

Les rencontres de négociations entre le gouvernement et les syndicats, faut-il le rappeler, ont buté en effet sur la validation des années de vacation et  de contractualisation capitalisés par les professeurs et maitres contractuels recrutés comme fonctionnaires, le rappel d’indemnités à hauteur des 2/3 de leur dû ainsi que la question relative à la remise à plat des  indemnités mal réparties et celle de l’habitat

«Avec les avancées de travaux de la commission en charge  de l’élaboration de protocole, nous n’avons pas encore noté de difficulté qui puisse compromettre la signature du protocole», a-t-elle relevé.

Ibrahima Baldé Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*