Sonko sonne la charge contre le Fmi

ousmane-sonko-leader-pastef«Je ne suis pas un fan des institutions internationales». C’est en ces termes que s’est exprimé, hier, Ousmane Sonko, ancien inspecteur des impôts et des domaines, lors de la cérémonie d’implantation de la section communale de son parti au niveau de la Patte d’oie. Pour le leader du parti Pastef, au Sénégal, «nous parlons trop des institutions internationales. L’avis que le Fmi peut porter sur l’école française où américaine n’importe pas beaucoup aux Américains», a-t-il expliqué. Mais, d’après le fiscaliste, «ici au Sénégal, il suffit qu’on dise que le Fmi a dit et tout le monde pense que c’est le Coran qui descend. C’est des intellectuels comme nous, des technocrates qui ont fait les mêmes écoles que nous et quelques fois que nous battons partout». Pour l’homme que Macky Sall a radié de la Fonction publique pour ses critiques acerbes contre le pouvoir, «ces institutions, dans la même année, peuvent vous dire que tout est rose et six mois après que tout est noir».

«Déjà, ils ont remis en cause le taux de croissance de la zone Afrique globalement. Et deux jours après avoir dit que l’économie sénégalaise se porte bien, ils sont revenus pour nous dire que les exonérations sont excessives au Sénégal. Et pourtant, j’ai été radié par la Fonction publique pour avoir dit qu’on accorde beaucoup d’exonérations aux entreprises. Pourquoi au Sénégal, quand c’est un sénégalais qui maîtrise des domaines, on ne lui accorde pas beaucoup d’importance et qu’il suffise qu’on dise que le Fmi a dit pour que tout le monde pense que c’est un gris-gris anti balle ou je ne sais quoi ?», s’est interrogé Sonko avant de conclure en ces termes : «Je crois à l’expertise et à l’expérience sénégalaises».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*