SORTIE D’ANCIENS INTERNATIONAUX CONTRE LA FEDERATION DE BASKET Les clubs font bloc et s’érigent en bouclier

La sortie d’anciens internationaux demandant la dissolution de  la Fédération sénégalaise de basket n’emporte pas l’adhésion des clubs. Les responsables et présidents ont manifesté leur opposition à cette requête qu’ils ont jugée «malvenue» à la veille de campagnes internationales. Mais il s’est surtout agi, au cours de cette rencontre qui a réuni samedi dernier dix sept clubs, de jeter à l’orée de la prochaine saison, les bases d’un nouveau cadre de concertation  en vue de mieux défendre les intérêts des clubs.basket_president-clubs

La requête formulée par  d’anciens internationaux de basket demandant la dissolution de l’actuelle Fédération de basket n’est pas la mieux partagée dans les clubs. Des responsables  issus de 17 clubs ont profité d’une rencontre organisée, samedi 13 juillet, au siège de la Fédération sénégalaise de basket, pour fustiger la démarche menée par l’ancien international Mathieu Faye et compagnie.

Les responsables du Dakar université club, du Saint Louis basket club, de l’Ugb et de l’Us Rail, que les contentieux notés en fin de saison ont pu éloigner, ont cru nécessaire de faire bloc et marquer leurs désaccords face aux « attaques » lancées contre la gestion de Baba Tandian président de la fédération sénégalaise de basket.

Ils ont jugé ces attaques «infondées » et surtout «inopportunes» dans ce contexte de préparation des équipes nationales dans les prochaines compétitions internationales.

«Ce sont les clubs qui font le basket et la rencontre entre clubs prouvent que nous ne sommes mus que par l’intérêt du basket. Le basket marche. Nous avons initié le cadre pour pouvoir communiquer et défendre la position des clubs», souligne Léopold Nzalé du Duc, un des animateurs de cette rencontre.

Toujours au nom des clubs, Samba Diop, chargé de  communication du Saint-Louis basket Club, a pour sa part soutenu que les conditions de dissolution de la Fédération et la mise en place d’une structure provisoire sont actuellement loin d’être réunies.

« Le basket se déroule normalement. Le Sénégal est dans tous les tableaux internationaux. Il n’y a aucun blocage. C’est vrai il y a des incidents et l’affaire des fraudes sur l’âge. Mais ils sont inhérents à tous les pays africains. On ne peut pas comprendre que des gens se lèvent pour  demander la  dissolution de la Fédération.  Les conditions ne sont pas réunies. Nous ne pouvons pas comprendre que des gens se lèvent pour demander de dissoudre la Fédération, d’installer un comité national provisoire et se proposent de le diriger », explique-t-il. Tout en s’interrogeant sur le mobile de ces «attaques» qui, fait-il remarquer, interviennent d’une façon récurrente à la veille des grandes compétitions internationales.

« Que l’on nous dise quelle est la fédération où il n’y a pas d’incidents ? Ce n’est pas l’apanage de la Fédération sénégalaise de basket.  Chaque fois que l’on se dirige vers des campagnes internationales, nous remarquons qu’il y a  des attaques. Ceux qui le font aujourd’hui sont à côté de la plaque. C’est vrai qu’il y a des problèmes de  communication dans les relations avec la Fédération mais ils ne peuvent être régler que dans la discussion», poursuit le dirigeant Saint-Louisien.
«On a imputé la responsabilité de la fraude  sur l’âge,  à la fédération, aux clubs et même aux présidents de club.

Claude Constantino ne  peut  le dire en tant que membre de la Fiba. Nous pensons qu’en temps que membre de la Fiba, il devrait être animé par  un droit de réserve. Le président Tandian a posé un acte en acceptant de mettre fin aux problèmes de communication. Il est aujourd’hui temps de mettre fin aux querelles au basket», renchérit Malamine Camara, président de la section de basket de l’Us Rail.

Vers la création d’un cadre d’échange des clubs

Les clubs ont  profité de cette rencontre, pour lancer les bases d’un nouveau cadre de concertation et d’échanges en vue de prendre en charge leurs intérêts. «Chacun de nous défend une cause selon des principes. Quand nous avons échangé. Nous avons dit que ce sont les clubs qui font le spectacle et qui ont le moins d’argent. Le basket ne se limite pas à l’élite. Nous voulons déclencher une certaine dynamique d’ici le début de la saison prochaine. Les clubs se proposent d’être des  conseils de la Fédération », précise Samba Diop de Slbc.

Selon les initiateurs, cette instance attendue avant l’ouverture de la prochaine saison de basket, sera ouverte à tous les clubs.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*