Soutien A Khalifa Sall Et Relations Avec Macky Sall: Les Révélations Fracassantes De Serigne Mansour Sy Djamil

A la veille du procès de Khalifa Sall, Serigne Mansour Sy Djamil, qui devrait partir en voyage, lui a apporté son soutien indéfectible. Devant ses disciples, lors d’une rencontre dont la vidéo est postée sur leur site officiel, le marabout-politicien a dénoncé l’arbitraire dont est victime le maire de Dakar, dont le seul tort, pour lui, est d’avoir des ambitions présidentielles. Revenant sur ses relations avec le chef de l’Etat, le leader de Bës du Ñakk, a expliqué pourquoi il l’a lâché, non sans lui avoir asséné ses vérités dans l’affaire Khalifa Sall et Cie. Sa déception est d’autant plus grande que, alors que Macky n’osait même pas aller à Tivaouane, où «personne de ceux qui s’agitent» aujourd’hui dans la capitale du Tidianisme n’était avec lui, c’est lui qui l’avait pris par la main pour l’introduire dans la famille de Maodo. Cela, avec le soutien de l’actuel Khalife, qui n’avait pas manqué de lui demander pourquoi il avait emmené Macky (candidat à la présidentielle) à Tivaouane.

Présent au procès ou pas, Serigne Mansour Sy Djamil est de tout cœur avec le maire de Dakar, Khalifa Sall. «Ils ont décidé de juger Khalifa Sall jeudi. Je ne serai pas là. Mais si ça me trouve encore ici, Je vais lui témoigner ma solidarité. Car Khalifa Sall n’a rien fait à qui que ce soit. C’est juste qu’on veut éliminer un candidat gênant», a martelé d’emblée le marabout-politicien. Et le leader de Bës du Ñakk de poursuivre en expliquant pourquoi il a lâché Macky Sall après l’avoir accompagné pendant un bon moment.

«Je ne peux pas être avec des gens dont on sait comment ils ont fait pour gagner les élections. Ils savent, je sais»

«Moi je m’allie aux gens dans la dignité. J’ai accompagné Macky Sall pendant 5 ans. Mais, s’il veut me mêler à ces pratiques indignes, je ne vais pas l’accepter», soutient-il. Et de poursuivre : «Je ne peux pas être avec des gens dont on sait comment ils ont fait pour gagner les élections. Ils savent, je sais. Et ils savent que je sais comment ils ont fait. Comment peuvent-ils penser que je puisse être avec eux dans ces circonstances ? Je l’ai dit à Macky. Je lui ai dit : ‘’c’est honteux ; revois ta copie. Je t’ai soutenu partout, j’ai voté toutes tes lois’’».
Poursuivant, il raconte le contexte difficile dans lequel il a introduit le chef de l’Etat, à l’époque candidat à la présidentielle, à Tivaouane.

«Quand je l’emmenais à Tivaouane, personne n’était avec lui…tous ceux qui s’agitent aujourd’hui, on ne les avait pas vus»

S’adressant directement au président de la République, Serigne Mansour rappelle des faits historiques. «’’Entre les deux tours de la présidentielle, c’était toi, moi et Serigne Mbaye Sy Mansour. Tous ceux qui s’agitent aujourd’hui à Tivaouane, on ne les avait pas vus. Quand je t’emmenais à Tivaouane, il (Serigne Mbaye) m’avait dit, pourquoi je t’y amène’’», raconte Serigne Mansour Sy Djamil. Narrant toujours comment il a introduit le chef de l’Etat, alors candidat à la présidentielle dans la famille Sy, il ajoute : «’’Tu m’avais dit que tu n’osais pas aller à Tivaouane sans moi. C’est ainsi que je t’ai pris la main et t’y ai emmené. Quand nous sommes arrivés, j’ai appelé Serigne Mbaye Sy Mansour, pour lui dire : Macky est là, mais il n’ose pas entrer à Tivaouane. Il m’a dit : emmène-le faire le ziar dans les rawdous. Emmène-le au rawdou de ton grand-père El Hadji Malick, puis au rawdou de Serigne Babacar. Ensuite tu l’emmènes chez le Khalife’’. En ce moment, personne n’était avec lui à Tivaouane», explique Serigne Mansour Sy.

Ce que Serigne Mansour Sy Borom Daara-ji avait dit…

Qui révèle la prédiction et la mise en garde du Khalife de l’époque (Serigne Mansour Sy Borom Daara-ji) à son endroit. «Quand je l’ai emmené chez Serigne Mansour, il m’a dit de lui murmurer à l’oreille qu’il a déjà ce qu’il convoite. Mais le Khalife a ajouté : ‘’c’est bien d’avoir (quelque chose), mais la manière d’avoir (quelque chose) est plus importante’’. Je ne sais pas s’il a compris ces propos en wolof».

«Ce qu’on reproche à Khalifa Sall, ses prédécesseurs ont fait la même chose. Mais ils ne sont pas inquiétés»

Très remonté contre les bourreaux du maire de Dakar, Serigne Mansour Sy Djamil est d’autant plus ulcéré que Khalifa Sall est le seul à être inquiété parmi tous les maires qui ont géré la caisse d’avance de la même manière que lui. «Aujourd’hui, ils vont juger Khalifa Sall. J’y suis opposé aujourd’hui et je m’y opposerai pour toujours. Ce qu’on lui reproche, ses prédécesseurs ont fait la même chose. Mais ils ne sont pas inquiétés. On est en train de le juger et peut-être on va le condamner. Moi, je dénonce cela».

«Je lui ai dit devant Niasse, Tanor, le Premier ministre, Dansokho, Djibo Kâ… qu’il n’a pas besoin de tout cela»

Et Serigne Mansour Sy «Djamil» de révéler que devant tous les alliés, il avait asséné ses vérités à Macky Sall, en lui demandant de revoir ce dossier, car ça allait plus lui nuire que le servir. «Moi j’ai pitié de Macky. Il n’a pas besoin de tout cela. Il se met lui-même dans des situations compliquées. Je lui ai dit ça, devant eux tous. Ils étaient tous présents : Niasse, Tanor, le Premier ministre, Dansokho, Djibo Ka, Maguette Thiam… Je lui ai dit : ‘’Monsieur le Président, est-ce que tu ne peux pas renoncer à ce que tu fais ? Car tu en perdras plus que tu n’en gagneras», raconte-t-il. Et de terminer en réitérant son soutien au maire de Dakar, son allié au sein de la coalition Taxawu Sénégal. «C’est ça ma position. Je soutiens inconditionnellement Khalifa Sall. Même si tout le monde le lâchait, je continuerais à le soutenir. Sa femme est venue me voir avant-hier, je lui ai dit la même chose», clame-t-il.

In the Spotlight

Présidentielle 2019 : Khalifa est-il le grand favori ?

by James Dillinger in A LA UNE 0

Au  regard de l’adversité politique du moment qui met en duplexe Idy et Khalifa Sall, l’on est en droit de se demander lequel des deux est le favori pour la présidentielle de 2019.A l’évidence   s’il [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*