STRATEGIE – Moussa Touré, coach des Lionnes : «Comment contrer les Mozambicaines»

Moussa Touré, coach des Lionnes
Moussa Touré, coach des Lionnes
Moussa Touré, coach des Lionnes

Les Lionnes seront difficiles à battre à l’Afrobasket féminin qui se déroule à Maputo (Mozambique), si elles jouent leur basket-ball, a estimé mardi leur entraîneur, Pape Moussa Touré. «Nous avons une bonne organisation et nous savons jouer au basket. La seule chose est : allons-nous retrouver la lucidité et la capacité d’adresse pour pouvoir jouer ? Si nous jouons notre basket, nous serons difficiles à battre», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Un message adressé sûrement aux Mozambicaines, adversaires du jour des Lionnes dans un match avec comme enjeu : une stratégique première place de la Poule A.

Un mauvais souvenir du Mozambique. Justement parlant du Mozambique, l’entraîneur des Lionnes du Sénégal, Pape Moussa Touré, a confié qu’il avait gardé un mauvais souvenir de l’équipe mo­zambicaine.

Le coach du Sénégal n’a en effet pas oublié l’Afrobasket féminin 2003. Cette année-là, alors qu’il était l’adjoint du Yougoslave Miodrag Marjanovic, les Lionnes avaient échoué en demi-finale, contre le pays organisateur.

«En 2003, nous sommes arrivés en demi-finale. Nous avons perdu face au Mozambique, que nous ne connaissions pas. Nous étions dans une autre ville. Nous avons été surpris par la vitesse, la qualité du jeu, l’adresse des Mozambicaines, le public et d’autres choses qui nous ont pas permis de gagner», a rappelé le technicien sénégalais. Qui a indiqué que 10 ans après, beaucoup de choses n’ont pas changé du côté du Mozambique.

«Le même jeu reste, l’intensité et le même public (aussi). Nous avons une belle équipe de basket-ball et mercredi ça ne sera pas le même match. En 2003, c’était en demi-finale, mais cette année nous allons nous croiser en match de Poule», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : «J’espère que les filles seront là pour les empêcher de jouer les premiers rôles».

«Contenir les tireurs mozambicaines». Quid de la stratégie à adopter pour contrer le pays organisateur. Moussa Touré donne la recette : «Nous devons changer la rigueur et la vitesse, la transition défensive et essayer de contenir les tireurs mo­zambicaines. Il y a Leia Dongue qui est très à l’aise sur le panier. Elle court vite, nous allons essayer de la contenir. En attaque, il nous faut jouer large pour les empêcher de sortir», a précisé Pape Moussa Touré.

hdiandy@lequotidien.sn

(avec Aps)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*