STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE L'ARTISANAT Les textes régissant les chambres des métiers en révision

Le ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat compte dans le cadre de sa nouvelle stratégie nationale de développement de l’Artisanat entamer un processus de révision des textes relatifs aux chambres des métiers. L’annonce est de Mamadou Talla, ministre en charge de ce département qui rencontrait hier lundi  l’Union nationale des chambres de métiers.mamadou_talla_ministre_1

La révision des textes des chambres des métiers ainsi que son organisation et son financement constitue un des importants  volets de la nouvelle Stratégie nationale de développement de l’Artisanat au Sénégal (Snda). C’est le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat (Mfpaa) qui l’a réaffirmé hier lundi lors d’une rencontre de partage avec l’Union  nationale des chambres de métiers (Uncm), dans les locaux de son département.

Mamadou Talla reste  convaincu que les chambres des métiers  bien organisés peuvent être un levier du développement économique au niveau des régions.

«Ces chambres des métiers permettront de faciliter la formation par alternance et les artisans sénégalais et leurs équipements. Donc le premier volet consiste à revoir les textes de ces chambres et de  les rééquiper », a-t-il souligné.

La stratégie nationale de développement de l’Artisanat dans sa phase de mise en œuvre, met l’accent sur la mise en place des sites d’exposition et de commercialisation artisanale (Seca) et des Zones pour le développement de l’Artisanat (Zodar).
« Après avoir réhabilité les villages artisanaux, nous comptons installer des Seca et des zodars aussi à l’échelle régional dans lesquels il y aura des parties expositions et de commercialisation», a soutenu le ministre. Nous allons incessamment commencer les travaux. Les études ont été bouclées, au niveau du concept. Les Seca vont nous coûter pour chaque zone  2 milliards par contre pour les Zodar, nous sommes entrain de chercher des financements».

Grand défi, faible ressources

Malgré les grandes ambitions affichées par  le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat a de faibles ressources pour faire jouer à  l’Artisanat son rôle essentiel de développement du pays le secteur dispose de faibles ressources.

« Je vous ai dit que le budget alloué à l’Artisanat est faible. C’est une volonté politique. C’est le premier employeur au Sénégal. Par rapport à 2014, nous avons demandé une hausse de ce budget. Nous allons bientôt l’avoir», a-t-il précisé. Avant d’ajouter : «nous allons inverser cette tendance, augmenter le financement que ça soit au niveau du BCI où d’autres types de financement. Toujours est-il que c’est un secteur prioritaire qu’il faut développer. Le financement va être augmenter ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*