Suisse : Un rapport des témoignages accable Tariq Ramadan

Déjà mis en examen pour viol en France, l’islamologue, sorti de prison il y a deux semaines, fait de nouveau face aux témoignages d’anciennes élèves, qui racontent avoir été sous l’emprise de l’islamologue lorsqu’elles suivaient ses cours à Genève.

Nouvelle secousse pour le théologien Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols en France et visé par une enquête pénale pour viol en Suisse. Un rapport commandé par les autorités suisses et rendu public mercredi confirme les relations déplacées et inadéquates qu’entretenait le prédicateur avec certaines de ses élèves lorsqu’il était professeur de français et de philosophie dans différents établissements scolaires de Genève, entre 1984 et 2004. Ces femmes, à l’époque adolescentes, avaient déjà témoigné dans la presse en novembre 2017.

D’après ce document d’une trentaine de pages que Le Figaro a pu consulter, Tariq Ramadan, 56 ans, avait pris l’habitude d’inviter ses élèves, filles comme garçons, au restaurant qu’il raccompagnait ensuite en voiture. Plusieurs femmes, à l’époque collégiennes, ont été auditionnées à ce sujet de manière anonyme en septembre et octobre dernier. De leur audition dans lesquelles elles sont désignées par les lettres X, Y, V et W, il ressort que «Tariq Ramadan a eu des attouchements et des propositions à connotation sexuelle avec au moins trois de ses élèves mineures dans les années 1986, 87 et 88».

Des relations «sous emprise»

Le rapport décrit notamment cette scène racontée par l’une de ces jeunes femmes: «[Tariq Ramadan] l’a prise en charge dans sa voiture, insista pour qu’elle s’installe sur le siège avant du passager et presque aussitôt posa sa main droite sur sa cuisse gauche, tout en lui tenant des avances inappropriées et intrusives». À l’époque, la jeune femme n’avait pas alerté la direction de l’école mais en avait parlé à son père, qui avait menacé Tariq Ramadan de le dénoncer à sa hiérarchie si celui-ci recommençait.

Une autre femme raconte qu’en 1989, après un dîner avec son professeur, «il s’était arrêté sur un parking isolé, l’avait embrassé et avait eu des attouchements sexuels à son égard». «Le même scénario s’est répété un soir avant les vacances d’été. Sous l’emprise de Tariq Ramadan, leurs rencontres se sont poursuivies durant une année et demie», complètent les auteurs du rapport. Deux autres femmes, l’une adolescente, l’autre tout juste majeure, affirment avoir eu des relations sexuelles consenties mais, selon l’une d’elles, «sous son emprise».

Ramadan «captivait ses élèves»

Ces témoignages recueillis dans ce rapport viennent conforter les révélations faites par la Tribune de Genève en novembre 2017. À l’époque, l’article titré «À Genève, le professeur Tariq Ramadan séduisait ses élèves mineures» avaient donné la parole à plusieurs de ces jeunes femmes et déclenché un vif débat dans la classe politique. En conséquence, le conseil d’Etat (l’équivalent de notre gouvernement) avait, à la demande de plusieurs parlementaires, confié en mars dernier une enquête administrative à deux juges à la retraite pour dresser un état des lieux des abus sexuels dans les établissements scolaires.

Si le rapport ne porte pas uniquement sur les agissements de Tariq Ramadan, il l’évoque très largement. Enseignants, responsables scolaires, anciens élèves… En tout, une cinquantaine de personnes ont été auditionnées. De ces témoignages, on apprend que «des rumeurs circulaient» sur les relations que «Tariq Ramadan entretenait avec les femmes» et qu’il «agaçait ses pairs, en particulier par ses prises de position favorable à l’islam». D’autres enseignants décrivaient leur collègue comme quelqu’un de «brillant, doté d’une intelligence particulière», disposant «d’un certain charme» qui «captivait ses élèves». Aucun n’avait entendu parler de comportements inadéquats de celui-ci avec ses élèves, hormis une enseignante qui évoquait des «rumeurs». Contactés par Le Figaro, ses avocats genevois n’ont pas souhaité faire de commentaire.

Outre ce rapport qui continue d’écorner son image, Tariq Ramadan fait toujours face à plusieurs plaintes pour viol, trois en France et une en Suisse. En septembre dernier, la justice helvétique a décidé d’ouvrir une enquête pour viol à l’encontre du théologien, à la suite d’une plainte déposée en avril dernier par une femme baptisée «Brigitte» dans les médias. Cette Suissesse, aujourd’hui âgée d’une cinquantaine d’années, accusait l’islamologue de l’avoir séquestrée et violée en 2008 dans un hôtel genevois. De l’autre côté de la frontière, il est soupçonné d’avoir violé deux femmes, l’une en 2009, l’autre en 2012. Pour ces deux affaires, il a été mis en examen. Par ailleurs, l’islamologue a été placé sous le statut de témoin assisté pour une troisième plainte, dans laquelle il est accusé d’avoir infligé à plusieurs reprises des actes sexuels violents et dégradants à une troisième femme.

Après 10 mois passés derrière les barreaux, Tariq Ramadan, atteint d’une sclérose en plaques dont le traitement a été jugé compatible avec la détention, est sorti de prison il y a deux semaines. Dans la foulée, il a fait une déclaration publique dans laquelle il rappelait qu’il était «innocent» et qu’il voulait «défendre son honneur». S’il continue de nier tout viol, il a récemment fini par reconnaître des relations sexuelles avec deux des plaignantes. «C’est vrai que j’ai commis une erreur, j’ai pensé à protéger ma famille. C’était une bêtise que ce mensonge», a-t-il déclaré. Mardi sur Twitter, il a de nouveau fait son mea culpa : «Je sais et je comprends que certains soient troublés, déçus et même fâchés (…) j’en suis désolé et triste». Pas sûr que tous ses soutiens le comprennent en retour.

Avec Le Figaro

In the Spotlight

Un enseignant viole son élève mineur

by James Dillinger in FAITS DIVERS 0

Un Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre (Svt) au Cem de Gniby (Kaffrine) est accusé de viol sur une élève mineure. Cette dernière, selon Libération, se plaignant de douleurs au ventre, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*