Suite au refus de Ndjamena de collaborer avec les CAE : Les conseils de Habré réclament sa libération

L’ancien président du Tchad, Hissène Habré

En point de presse hier, Me François Serres, un des avocats de Habré, et ses confrères du même camp estiment que le refus de collaborer du Tchad est une sanction du régime de Deby à ses partenaires.

D’où l’appel de Me El Hadji Diouf : «Nous demandons la libération immédiate de Hissein Habré, dès lors que le procès n’aura pas lieu, le Tchad refuse de coopérer.

Le Président Idriss Deby a notifié clairement aux Chambres africaines extraordinaires son refus de collaborer en transférant des Tchadiens au Sénégal pour être poursuivis, inculpés et éventuellement condamnés.»

D’après Me Diouf, Deby a financé le procès. «Sa contribution dépasse toutes les sommes réunies. Il a pris en charge toutes les délégations envoyées au Tchad. C’est pourquoi, lorsque sa constitution de partie civile a été rejetée, il a immédiatement demandé le remboursement de tout ce qu’il avait fait et donné aux juges, aux procureurs, aux greffiers des Chambres africaines extraordinaires», avancent Me Diouf et Cie. Pour eux, par cette prise de position, Deby met le Sénégal face à ses responsabilités.

«Au-delà des questions financières, les juges ont rendu impossible un véritable travail d’instruction en aggravant leur dépendance vis-à-vis du régime tchadien. Aussi, on ne peut que douter de la valeur juridique de cette pseudo-instruction», dénonce Me Serres.

Me Diouf note que la citation directe servie à Mme Touré est d’une gravité exceptionnelle parce que, dit-il, elle a violé la Constitution. «L’article 95 dit que c’est le président de la République qui négocie les engagements internationaux. Et l’infraction qui la concerne personnellement, c’est quand elle a osé signer un document qu’elle appelle ‘’mandat’’ donné à elle par le ministre des Affaires étrangères d’alors Alioune Badara Cissé afin de le représenter pour signer les accords relatifs aux Chambres africaines extraordinaires», déplorent les défenseurs de Habré qui invitent l’ancien garde des Sceaux à venir se défendre ce 13 novembre devant la Haute cour de justice.

  • Écrit par  Pape Nouha SOUANE

pnsouane@lequoitidien.sn

In the Spotlight

TOUBA: 300 DEPOTS CLANDESTINS DE MEDICAMENTS

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

La ville de Touba abrite à elle seule plus de 300 dépôts clandestins de faux médicaments, contre une quarantaine de d’officines de pharmacie. La révélation a été faite, sur la Rfm, par le président de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*