SUR LE NET – Les réseaux sociaux accueillent Obama à leur manière : Twitter loin de l’émotion et prompt à la critique.

On pouvait croire que tout le monde allait se laisser emballer par le plaisir et l’émotion d’avoir dans nos murs «le premier Président noir des Etats-unis». Sur Twitter, les gens ont démontré que la joie ne tue pas l’esprit critique.
Pour en savoir un peu plus sur l’arrivée et les mouvements du Président américain hier à Dakar, il valait mieux être branché sur les réseaux sociaux que de compter sur les bruits de la ville. Twitter en particulier, dynamique, surtout avec le hastag #ObamaTakh, que l’on avait la sensation de voir se dérouler en temps réel.
Les twittos ont surveillé le mouvement de la ville avant l’arrivée de notre hôte de marque hier, vu les snipers placés sur les immeubles les plus élevés de certains quartiers, notamment en ville et aux Almadies.
Contrairement à ce qui se disait dans les radios ou à la télé, la sécurité n’était pas aussi pesante.

Par rapport à l’époque de George Bush fils, on ne sentait pas la raideur de la chape de plomb de la présence américaine peser sur la ville. Ici, même si l’on voyait les Américains ou la sécurité sénégalaise à des points névralgiques, il semblait fortement exagérer de déclarer que les Américains nous étouffent. La preuve, même sur la Corniche, les twittos repéraient des sportifs en train de s’adonner  à leur gymnastique quotidienne à côté du Sea Plaza et de l’hôtel Radisson. Sans être nullement inquiétés par un quelconque service d’ordre.
Néanmoins, personne ne peut non plus dire que les riverains de l’aéroport ou les habitants de la rue menant de l’aéroport au palais de la République, n’ont ressenti aucun inconvénient. Vers 19h 30, après le passage de Macky Sall se rendant à l’aéroport, la route de Ngor a été fermée. Certains occupants d’un restaurant chinois se soient retrouvés cloîtrés à l’intérieur, le temps que les hôtes de marque aient fini de passer, des habitants empêchés carrément de sortir de chez eux. L’un d’eux l’a d’ailleurs crié : «Peux même pas traverser la rue pour me rendre à la pharmacie !»
Le comble a été quand le couple présidentiel américain est sorti de l’avion.

o barraka Après la longue file d’officiels quémandant une poignée de mains avec le Premier couple du monde autoproclamé libre, les gens se sont rendus compte que les hymnes nationaux n’ont même pas été joués, ni les drapeaux présentés.

En fait, Obama était pressé de quitter l’aéroport et d’aller prendre ses aises dans ses appartements, quelque part en ville. Après un minimum de cinq heures de vol, cela est assez compréhensible. Mais, tout de même, au point de multiplier par zéro le «Star spangled banner», et le «Pincez tous vos koras», c’est assez fort, non ? Du moins, c’est ce que nos vigiles du Net ont déclaré.
L’un des plus grands moments de défoulement, a été la longue, vraiment longue poignée de mains entre Obama et Youssou Ndour.

Un esprit malin a noté que le ministre du Tourisme a dû se dire en ce moment : «sou fi yemon sakh, mou nekh» (Même si tout s’arrêtait là, ce ne serait déjà pas mal). Plusieurs autres personnes ont essayé de deviner ce que les deux hommes ont dû se dire, qui pouvait expliquer les larges sourires qui agrémentaient leurs visages.

N’empêche, les esprits chagrins ont tout de même fini par avoir le dernier mot. Ainsi celui qui râlait, demandant : «Réciprocité du visa. Et pourquoi pas aussi dans la manière d’accueillir notre Président aux Usa ?» Avant d’ajouter en wolof : «Ou bien Obama n’est-il pas un simple Président ?» Cet internaute a, en un seul tweet, rappelé que le Sénégal a pris la décision d’instaurer des mesures de réciprocité pour les ressortissants de tous les pays qui imposent le visa à ses citoyens.
Mais, il a oublié que le Président américain n’est pas intéressé à venir chez nous autant de fois que le nôtre va dans son pays. Mais il faut indiquer que tout ce débat sur le Hastag spécial Obama, a également vu les interventions du twitto de l’ambassade américaine à Dakar. Qui apportait sa nuance de sérieux aux échanges.
mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*