Syrie : un cessez-le-feu pour qui ?

1199837_syrie-accord-pour-un-cessez-le-feu-web-tete-021693211123_660x349p-1728x800_c-300x139Aujourd’hui, commence en Syrie le cessez-le-feu convenu entre la Russie et les Etats-Unis. Bien que potentiellement dangereuse pour l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés, son imposition est un coup de génie. Ce n’est, ni plus ni moins qu’une nouvelle façon d’imposer une reddition.
En 2011, quand la horde de terroristes a déferlé sur la Syrie pour tenter de s’en emparer, elle a trouvé en face d’elle une armée arabe syrienne déterminée à défendre son pays. L’AAS avait pour mission de faire rendre gorge à tous ces groupes armés qui menaçaient le pays.
Aujourd’hui, cette mission n’a pas changé. Cessez-le-feu ou pas, elle continue son travail. Les groupes armés menaçant le pays continueront à être combattus avec la même détermination, comme au premier jour. Pour l’armée et pour les combattants djihadistes, il n’y a donc rien de changé.

Ce qui a changé, c’est que maintenant l’ennemi est clairement défini comme toute personne portant les armes contre l’AAS. Le flou entretenu depuis bientôt cinq ans devrait disparaître, pour ne laisser la place qu’à des combattants sur le terrain. « Avec ou contre nous », pourrait dire Bachar Al Assad, de manière officiellement approuvée par l’ONU, la Russie et les Etats-Unis. Le sort de ceux, quels qu’ils soient, qui auront déposé les armes sera examiné plus tard, après la guerre. D’ores et déjà, les terroristes encore armés devront compter sans ces milliers de combattants qui se sont battus jusqu’ici à leurs côtés.
Sur le plan politique, les choses sont encore plus claires. Les sponsors habituels du terrorisme seront confrontés à un choix douloureux : soit reconnaître leur soutien au terrorisme, soit suivre, bon gré mal gré, le processus en cours. Et la seconde phase du processus en cours est déjà enclenchée avec des élections prévues en Avril.
Des couacs, il y en aura, bien sûr. Les loups ne lâchent pas si facilement leurs proies. Nous verrons encore des tentatives de renverser la situation, des provocations, et peut-être même des false flags de la part des ennemis de la Syrie. Mais leurs actions seront désormais plus lisibles, et nous pouvons compter sur la Russie pour améliorer encore cette lisibilité.

Avic – Réseau International

http: //reseauinternational.net

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*