Tanor répond à Saleh et Cie sur la candidature du Ps en 2017 lors du Comité central du Ps

Ousmane Tanor Dieng Parti socialiste
Ousmane Tanor Dieng Parti socialiste
Ousmane Tanor Dieng Parti socialiste

Même s’il n’officialise pas la candidature du Parti socialiste à la prochaine Présidentielle, Ousmane Tanor Dieng clame haut et fort que son parti travaille à revenir au pouvoir. Lors de la session inaugurale du Comité central du parti samedi dernier, le secrétaire général du Ps, répondant à Mahmout Saleh et autres, a précisé que son parti «ne sera jamais un souteneur d’un autre parti».

Pour la session inaugurale du Comité central du plus vieux parti du Sénégal, pratiquement tous les caciques du Parti socialiste (Ps) ont répondu présents avant samedi.

Galvanisé par une foule qui se lève au moment où il entrait dans la salle Léopold Sédar Senghor, paré des couleurs du parti (vert et blanc), le secrétaire général du Ps, après avoir rendu hommage à ses prédécesseurs, Abdou Diouf et Léopold Sédar Senghor, s’est livré à une clarification sur les ambitions du parti. Ousmane Tanor Dieng répond à Mahmout Saleh et Cie qui enjoignent les autres formations de Benno bokk yaakaar (Bby) de se déterminer par rapport à la Présidentielle de 2017.

Otd est clair : «A l’aune de la situation actuelle du parti et des nouveaux défis qui nous interpellent dans le pays et à l’extérieur, je proposerai au Bureau politique un certain nombre d’aménagements qui nous permettront de faire une revue des textes pour intégrer les changements produits et intégrés par le 15ème congrès et, peut-être, jeter les bases d’une évolution encore plus moderne et plus alléchante du parti. L’objectif étant et restant la reconquête du pouvoir.»

«Lorsqu’on crée un parti, c’est pour conquérir le pouvoir»
Une dernière phrase qui aura le mérite de plonger la salle dans une liesse sans limite. Tout le monde se lève pour saluer pendant deux minutes les propos du secrétaire général du Ps. Au présidium, Barthélemy Dias, par des signes de mains, sollicite plus de vacarme de la part de la foule. Une scène que Tanor observe, le visage radieux.

«Merci Tanor», scandent certains inconditionnels. Revigoré par les approbations incessantes de tout le public, Tanor Dieng s’efforce de poursuivre : «Ce que j’ai dit ne doit souffrir d’aucune contestation parce qu’évidemment, chers camarades, lorsqu’on crée un parti, c’est pour conquérir le pouvoir.» Voilà une phrase qui dopera davantage le public qui intensifie les ovations. Pour un retour au pouvoir perdu depuis 2000, le Sg du Ps prêche la discipline dans les rangs du parti.

«Si on veut aller aux élections, personne ne peut nous en empêcher» 
Rappelant le «partenariat» politique avec le Président Macky Sall dans Bby, Ousmane Tanor Dieng précise que son parti «ne sera jamais un souteneur d’un autre parti». Et selon lui, Macky Sall a «regretté» les déclarations de Mahmout Saleh.

«Tout à l’heure, le Président Macky Sall m’a appelé pour présenter des vœux de succès. Il m’a indiqué qu’il regrettait les propos prêtés ou tenus par Mahmout Saleh», révèle-t-il devant le présidium composé de barons socialistes comme Khalifa Sall, Aminata Mbengue Ndiaye, Mame Bounama Sall, le député Cheikh Seck, Aïda Sow Diawara, Serigne Mbaye Thiam, Doudou Issa Niass, Abdoulaye Elimane Kane, entre autres.

La présidente des femmes du Ps d’ajouter que le Ps «n’a qu’un seul interlocuteur : le Président Macky Sall et non Mahmout Saleh». D’un ton sec, Aminata Mbengue Ndiaye, par ailleurs secrétaire générale adjointe du Ps, martèle : «Si on veut aller aux élections, personne ne peut nous en empêcher.»

 Babacar Guèye DIOP

bgdiop@lequotidien.sn

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*