TARIQ RAMADAN ISLAMOLOGUE: « Le Ramadan est un combat noble de maîtrise de soi, de maîtrise de son être »

TARIQ RAMADAN ISLAMOLOGUEInvité de Sud Fm, l’islamologue Tariq Ramadan s’est prononcé sur l’importance du moi béni de Ramadan qui s’entame dans les prochains jours. Pour lui, il s’agit de travailler personnellement à la purification de soi.

Selon l’islamologue, professeur à Oxford Suisse, Tariq Ramadan, on a aujourd’hui des menaces de repli identitaire ; pour par exemple réaffirmer le wolof par opposition au français. Mais, pour lui, « tout ça peut être une vraie célébration de soi. Il ne faut pas être sur la défensive, il faut s’affirmer ».

A l’en croire, « le lien indirect entre cela est le mois de Ramadan, il est de revenir sur soi, pour travailler personnellement à la purification, au sens de la réforme de l’être, de s’affirmer pour pouvoir être ouvert sur le monde ».

L’islamologue suisse d’origine égyptienne de préciser : « Etre ouvert sur le monde en islam, ce sont trois choses. Être dans la relation avec Dieu, se reconnecter à Lui, se réformer soi même pour pouvoir être meilleur. C’est-à-dire quand le prophète (PSL) dit : ‘j’ai été envoyé pour parachever les bons caractères’, cela signifie qu’il faut qu’on voit son comportement, sa spiritualité.

Le troisième élément, c’est être au service des hommes. Le meilleur d’entre vous est le meilleur pour les hommes. Donc c’est un moment de célébration d’une pauvreté, d’une pauvreté qui ne se fait pas victime, mais d’une pauvreté qui s’assume, parce qu’elle se sait sujet et ça st très important »

« Le Ramadan est un combat noble, c’est-à-dire de maîtrise de soi, de maîtrise de son être », conclut Tariq Ramadan.

TARIQ RAMADAN ISLAMOLOGUE: « La jeunesse doit être moins émotivement politisée et plus intellectuellement ancrée »

Tariq Ramadan, islamologue, professeur à Oxford Suisse, aime bien le Sénégal et son peuple. Il pense que « la jeunesse doit être moins émotivement politisée et plus intellectuellement ancrée ».

Tariq Ramadan, qui séjourne souvent au Sénégal, apprécie bien le pays. « Le Sénégal est un pays que je connais très bien, j’y suis venu pour la première fois en 82. C’est un pays cher à mon cœur depuis très longtemps, qui est dans un processus de transformation », indique-t-il.

« Il y a encore beaucoup de choses à faire. Il y a énormément de défis, dont le premier, c’est la conviction, le second, c’est les zones d’influence. On a aussi envie de dire qu’on a envie d’une jeunesse qui soit moins émotivement politisée et plus intellectuellement ancrée, c’est-à-dire faire un vrai travail de connaissance de l’histoire du Sénégal, de la richesse de ce pays », témoigne Tariq Ramadan.

« Le Sénégal a une culture extraordinaire, un potentiel, des ressources extraordinaires et il faut tirer profit de cela. L’Etat ne peut pas tout faire. La société civile s’engage à transformer et on le sait : Dieu ne transforme ce qui est dans un peuple avant que le peuple ne change ce qui est en lui-même. Ce qui met en évidence la pluralité des processus personnels, qui permet des mouvements collectifs ».

NETTALI.NET

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*