Tchad: Idriss Déby minimise l’opposition de son pays

Idriss Deby ItnoLe Président tchadien, Idriss Déby a minorisé l’opposition de son pays, estimant que son parti n’a pas d’adversaire pour les prochaines élections.

«C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas un adversaire avec qui on s’égale sur le terrain. Paris-Ndjamena, Paris-Ndjamena, Paris-Ndjamena… On dirait que c’est Paris qui désigne les chefs d’Etat africains. Ces gens-là n’ont même pas un minimum de respect pour les Tchadiens et pour les Africains. Ils n’utilisent jamais les leçons de leur échec, ce qui est curieux ».

Cette déclaration est du président tchadien Idriss Déby Itno à l’occasion de la conclusion des travaux du Congrès extraordinaire de son parti, le Mouvement patriotique du Salut (MPS) lundi à Ndjaména. Idriss Déby réagissait ainsi sur l’appel de l’opposition de son pays à une alternance au sortir des élections de 2016.

Les assises n’ont pas abordé comme prévu la démission de l’ancien Premier ministre, Joseph Djimrangar Dadnadji, il y a quelques jours. Les militants du MPS ont plutôt adopté une résolution demandant au chef de l’Etat, président fondateur du parti, de désigner lui-même les hommes et les femmes qui vont les diriger pour les prochains mois et années.

Ainsi, Joseph Djimrangar Dadnadji a été désigné comme secrétaire général du parti alors que Emmanuel Nadingar, qui est crédité d’un record honorifique de longévité au poste de Premier ministre sous le régime d’Idriss Déby, sera chargé de conduire le MPS aux prochaines élections présidentielles et législatives.

Le congrès extraordinaire marque la rentrée politique des militants d’Idriss Déby et donne le coup d’envoi aux débats qui devront conduire jusqu’aux prochaines élections.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*