Tchad: l’opposition et la Commission électorale à couteaux-tirés avant les élections

Tchad-VoteAu Tchad, l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont à couteaux-tirés. La désignation des représentants régionaux, départementaux et sous-préfectoraux de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) suscite la colère de l’opposition qui dénonce le fait qu’aucun de ses représentants n’est issu de ses rangs.

Le processus électoral au Tchad va connaître des lendemains incertains. L’opposition tchadienne dénonce depuis quelques jours, la désignation des représentants régionaux, départementaux et sous-préfectoraux qui sont tous issus des rangs du pouvoir. L’opposition menace, donc, de bloquer le processus électoral en cours devant aboutir à des élections législatives et présidentielle.

Les leaders de l’opposition tchadienne dénoncent le fait que la CENI ait choisi de ne pas suivre ses injonctions. Pour elle, la décision de nomination des représentants des démembrements est illégale mais incomplète.

«La région par exemple du chef de l’Etat où l’opposition est pourchassée, personne ne peut aller siéger au nom de l’opposition et nous sommes en discussion avec les autorités pour savoir dans quelle mesure nos militants doivent être en sécurité. Et d’autre part, dans certains endroits, vous trouvez que la société civile n’est pas représentée», déplore Brice Guedmbaye Mbaïmon. Ce dernier s’exprimait pour le compte des partis réunis autour du chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo.

Mais la CENI également tente de réaffirmer son indépendance. Ainsi, elle indique que la désignation des représentants dans les démembrements ne relève pas de sa compétence. Pour elle, cette désignation avait été décidée par les partis politiques dans le cadre national de dialogue politique, un organe paritaire où opposition et majorité discutent des questions politiques.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*