Tchad : verdict pour quatre activistes

Quatre dirigeants de mouvements de la société civile tchadienne, arrêtés avant l’élection présidentielle qui s’est tenue dimanche, ont été condamnés jeudi à N’Djamena à quatre mois de prison avec sursis.

Mahamat Nour Ahmed Ibedou, Younous Mahadjir, Nadjo Kaina Palmer et Céline Narmadji seront libérés jeudi dans la journée.

Le procès des quatre responsables issus de l’Union des syndicats du Tchad (UST) et des mouvements “ça suffit”, “trop c’est trop” et Lyna (“On est fatigué”) pour “tentative d’attroupement non armé” s’était ouvert le 7 avril devant un tribunal de NDjamena.

Le cas d’un cinquième leader de la société civile, arrêté plusieurs jours après les autres, fera l’objet d’une audience ultérieure.

D’importantes forces de police et de gendarmerie étaient déployées aux abords du palais de justice.

A l’audience du 7 avril, le parquet avait requis six mois de prison ferme. Un des avocats des prévenus, Frédéric Nanadjingue, avait dénoncé une “une décision purement politique venant de l’exécutif”.

Les quatre opposants étaient poursuivis pour “provocation à un attroupement non autorisé, tentative d’atteinte à l’ordre public et opposition à l’exercice d’une autorité légitime”, après avoir appelé à manifester contre la candidature du président Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 26 ans, à uncinquième mandat.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*