Tentative de déstabilisation: la France gèle les avoirs du fils de l’ancien président Centrafricain

Jean-Francis, fils du président déchu de Centrafrique François Bozizé au pouvoir en mars 2013
 Jean-Francis, fils du président déchu de Centrafrique François Bozizé au pouvoir en mars 2013
Jean-Francis, fils du président déchu de Centrafrique François Bozizé au pouvoir en mars 2013

Dans le collimateur de Paris depuis la chute de son père François Bozizé au pouvoir en mars 2013,  Jean-Francis, fils du président déchu de Centrafrique a vu ses comptes être gelés par les autorités françaises depuis le 29 octobre dernier. 

C’est le ministère français des Finances et des Comptes publics qui a pris un arrêté de geler les comptes de Jean-Francis Bozizé au même titre que quatre autres Centrafricains et un Tchadien. Paris estime que ces personnes «œuvrent à la déstabilisation de la République centrafricaine (…) et tentent de commettre un acte de terrorisme (…) dans le but de gravement intimider une population, contraindre indûment des pouvoirs publics et déstabiliser les structures fondamentales politiques et constitutionnelles d’un pays».

Avant le déclenchement de l’opération «Sangaris», le 5 décembre 2013, diplomates et militaires français jugeaient l’implication de l’ex-président centrafricain François Bozizé et son fils derrière les milices anti-balaka négligeable. Depuis sa chute, François Bozizé a circulé entre le Cameroun, la France, le Kenya, l’Ouganda et le Soudan du Sud.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*