Togo : Faure Gnassingbé annonce encore une commission de réflexion sur les réformes politiques

Faure-Gnassingbé1Comme il fallait s’y attendre, le président togolais Faure Gnassingbé a abordé dans un discours à la nation la question de l’avenir du Togo qui doit passer par les réformes politiques comme celles liées à la limitation de mandat présidentiel à deux quinquennats et du rétablissement d’un scrutin majoritaire à deux tours.

Alors que beaucoup s’attendent à des annonces assez explicites sur sa position par rapport aux réformes réclamées par l’opposition, la société civile, l’église et même la communauté internationale, Faure Gnassingbé, animé par le souci de conservation du pouvoir de l’Etat, parle encore dans le futur et remet tout à plus tard.

En juin 2014, un projet de loi introduit à l’Assemblée nationale par le gouvernement a été rejeté par la majorité qui conditionnait le vote de la loi à une nouvelle candidature de Faure Gnassingbé. L’opposition a entrepris d’introduire une proposition sur les mêmes réformes en novembre dernier afin qu’elles soient faites avant l’élection présidentielle de 2015.

Sur ce débat sur les réformes politiques qui a pris ces derniers mois une vive tonalité dans la classe politique et alors que des voix appellent à un dénouement, Faure Gnassingbé croit qu’il faut dépasser les contingences immédiates pour ouvrir un vaste champ de réformes politiques en profondeur, dans le but de consolider l’ancrage démocratique et le processus de réconciliation nationale.

Tout ce que le Président togolais a trouvé à annoncer est la création d’une commission de réflexion approfondie sur l’adaptation du modèle en vigueur au Togo à ses réalités sociologiques conformément à la huitième recommandation du Rapport de la Commission Vérité Justice et Réconciliation qui souligne la nécessité de régler la question des réformes institutionnelles dans le cadre d’une réflexion.

«Cette commission sera composée d’historiens, de personnalités politiques, de juristes, de sociologues et de représentants de la société civile. Sa mission consistera à proposer dans les meilleurs délais et conformément à l’approche préconisée par la CVJR, un texte de réforme politique, de réforme institutionnelle et constitutionnelle qui tient compte de notre histoire, reflète nos réalités et répond aux aspirations les plus profondes des Togolaises et des Togolais. Je souhaite vivement que cette initiative contribue à nourrir le débat et à restaurer davantage de sérénité dans ce débat politique», a annoncé Faure Gnassingbé.
En ce qui concerne l’élection présidentielle de 2015, M. Gnassingbé qui a gardé le silence sur sa possible candidature, demande aux acteurs politiques de faire preuve de retenue, de responsabilité et de dignité. Il indique se porter garant de la bonne tenue du scrutin et menace contre toute tentative visant à remettre en cause la paix et la stabilité dont jouissent les Togolais.

Le chef de l’Etat togolais se réjouit de l’affermissement du climat stabilité et rappelle sa décision de refondation des forces de défense et de sécurité pour faire face aux nouveaux défis sécuritaires de l’heure.

Faure Gnassingbé se félicite également du «progrès» du pays avec les efforts de lutte contre la précarité. Ainsi, il pense qu’il est possible de construire un Togo où les plus vulnérables et les plus démunis se sentiront de plus en plus soutenus et épaulés, dans leur quête légitime d’une existence plus décente et d’un meilleur avenir. Il évoque ainsi les résultats du Fonds national de la Finance Inclusive (FNFI) et son produit phare Accès des pauvres aux services financiers (APSEF) qui a permis de financer les activités de plus de 300 mille personnes en 2014. M. Gnassingbé annonce deux autres produits en 2015 à l’intention des agriculteurs et aux jeunes.

Sur la question de la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola, le président appelle à l’intensification de la sensibilisation pour épargner le Togo.

Gnassingbé a exhorté les Togolais à se ressouder autour des valeurs essentielles qui les guident depuis toujours à savoir la paix, la cohésion nationale le progrès économique et social, la modernité pour le Togo.

Au pouvoir depuis dix ans, Faure Gnassingbé n’a jamais mis en œuvre les réformes politiques contenues dans l’Accord politique global (APG) signé en août 2006 et qui lui a permis de rester sereinement au pouvoir. Des engagements toujours remis à plus tard.

Didier Assogba
© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*