Togo : L’Union Européenne remet sur la table la question des réformes constitutionnelles

Nicolas-Berlanga-MartinezAu cours de cette semaine, la délégation de l’Union Européenne (UE) au Togo et le corps diplomatique des pays de cette institution affecté à Lomé ont eu une session de dialogue avec le gouvernement togolais. A cette occasion, le Chef de la délégation de l’UE, Nicolas Berlanga Martinez a ramené la question des réformes qui conditionne l’appui européen au processus électoral en cours.

Monsieur Nicolas Berlanga Martinez a clairement expliqué la position de l’organisation européenne sur la question des réformes qui ne sont plus le souci du pouvoir togolais. M. Martinez pense que les autorités togolaises devraient respecter les engagements concernant les réformes et prendre des mesures pour l’amélioration du processus électoral qui doit se dérouler dans la paix, la transparence et la sécurité nécessaire.

« L’UE se propose d’aider les institutions publiques concernées pour étudier la transparence dans la liste des centres de recensement et des bureaux de vote, la publication des résultats par bureau de vote, la prolongation de la publication des listes électorales et les mécanismes de résolution des contentieux », a indiqué Nicolas Berlanga Martinez.
L’Union Européenne exprime sa déception contre le rejet le 30 juin dernier par les députés de la majorité des réformes concernant la limitation de mandat présidentiel et des scrutins à deux tours. Ainsi, la délégation de l’union européenne exige une réintroduction d’un nouveau texte constitutionnel, voté par la majorité de la population ou de ses représentants, et qui enfoncerait finalement le passé dans l’histoire en ennoblissant la vie politique togolaise.

La session a également été l’occasion d’aborder les sujets concernant la justice, la mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), le développement et l’économie avec la croissance et les effets multiplicateurs devant aider le Togo à avoir un développement plus inclusif et plus participatif.

Du côté du gouvernement togolais, on estime que les discussions ont été franches et ouvertes.

« Cela nous a permis de noter que nous et les partenaires nous respectons les uns les autres, et que nous allons continuer à dialoguer pour que notre partenariat se renforce dans un cadre convivial et efficace », a avancé Mawussi Djossou Semodji, ministre de la planification, du développement et de l’aménagement du territoire.
Didier Assogba
Lomé – oeildafrique.com

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*