TORTURE – Les garanties du Sénégal à Genève : Sidiki Kaba contre l’impunité des Forces de l’ordre

Le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba

Le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, a assuré que les gendarmes et policiers accusés de torture ne seront pas protégés. Interpellé sur ces questions lors du passage du Sénégal à l’Examen périodique universel (Epu), Me Kaba a annoncé que d’autres réformes sont en étude pour améliorer le fonctionnement de la justice.

Les policiers et gendarmes  accusés de torture, aussi bien dans les lieux de détention que dans le maintien de l’ordre public, sont avertis. Ils ne resteront plus impunis, comme l’a demandé avec insistance la Com­munauté internationale. Les pays de l’Union européenne ont dénoncé la «brutalité» des Forces de l’ordre sénégalaises, quand il s’agit de réprimer une marche ou bien quand elles veulent «extorquer» des aveux à des personnes présumées innocentes des actes pour lesquels, elles sont poursuivies.

Les Etats-Unis, qui ont ouvert le boulevard des critiques à l’endroit de Me Sidiki Kaba et de sa délégation, ont clairement pointé du doigt les marches réprimées au Sénégal, comme ce fut le cas, il y a encore quelques mois, lors de la campagne électorale de la Présidentielle de 2012. La brutalité des répressions avait d’ailleurs causé plusieurs cas de décès dont l’étudiant Mamadou Diop ou encore le policier Fodé Ndiaye.

Pour les Américains, il est inconcevable qu’on déploie des Forces de l’ordre en nombre important pour une marche pacifique et autorisée.  Mais à peine les pays ont-ils fini de faire leurs remarques, que le ministre de la Justice du Sénégal s’est empressé de donner des «précisions», pour que «nul n’en ignore».

«Au Sénégal, on essaie autant que faire se peut de combattre l’impunité. Vous avez vu qu’après les élections qui ont consacré la brillante élection de Macky Sall, plusieurs policiers et gendarmes ont été condamnés à des peines sévères. Je vous assure que les brebis galeuses de la gendarmerie et de la police seront poursuivies et condamnées en cas de torture avérée. Le gouvernement du Sénégal s’est engagé à protéger les populations et il le fera sans ménagement», a-t-il assuré.

Avant d’assurer encore que des réformes sont en cours de réalisation et que bientôt, toute personne arrêtée pour un quelconque délit, aura la possibilité de se faire assister, dès les premières heures de sa garde à vue, par un avocat. Aussi, a-t-il indiqué à l’endroit de la Communauté internationale qu’au Sénégal, les aveux obtenus sous le coup de la torture son nuls.

afall@lequotidien.sn

Écrit par Aly FALL (Envoyé spécial à Genéve)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*