TOURNEE RENTREE DES CLASSES 2013-2014 La banlieue abasourdie par le manque d’infrastructures scolaires

le ministre de l’Education Nationale, Sérigne Mbaye Thiam
le ministre de l’Education Nationale, Sérigne Mbaye Thiam
le ministre de l’Education Nationale, Sérigne Mbaye Thiam

En tournée traditionnelle de rentrée des classes effectuée, le ministre de l’Education Nationale, Sérigne Mbaye Thiam a constaté qu’il y a manque criard de salles de classes et d’équipements scolaires dans presque toutes les écoles visitées dans la banlieue. Sérigne Mbaye Thiam dit avoir pris note et promet des solutions dans les jours à venir.

Le constat était général, les doléances presque les mêmes dans toutes les écoles visitées hier mercredi par le ministre de l’Education National, Sérigne Mbaye Thiam. En tournée traditionnelle d’ouverture des classes, pour s’enquérir de l’effectivité de la rentrée scolaire dans les écoles de Dakar et sa banlieue, le ministre a fait face à une kyrielle de doléances allant du manque de salles de classes à l’absence d’équipements pédagogiques, en passant par le ratio horaire intenable des professeurs et la pollution dans certains établissements, entre autres.

A l’école Notre Dame du Cap Vert de Pikine Ouest, établissement qui regroupe l’élémentaire et le moyen, la principale doléance des professeurs est le manque de Lycée. Ces derniers réclament un site pour le secondaire dans la zone de Technopole, site qui suscite des polémiques à cause de la volonté de l’Etat d’y construire une arène nationale.

Cependant, Pape Malick Hann, Maire de la commune d’arrondissement de Pikine-Ouest, explique « J’avais proposé à l’Inspecteur d’Académie qui était là de construire en hauteur dans certaines écoles, ou de scinder certaines en deux et y construire le Lycée, car nous avons un problème de réserves foncières. Mais il n’y avait pas de suivi parce qu’il n’est plus là ».

Les requêtes sont presque les mêmes partout. Au Cem de Keur Massar, zone de reclassement, le directeur de l’école Moustapha Ndiaye liste une multitude de problèmes auxquels la localité est confrontée. En effet, selon Moustapha Ndiaye, le Cem a un problème d’accueil du au déficit de salles de classe. Continuant, le directeur cite « le problème de connexion et l’absence de salle informatique, le manque d’équipement du laboratoire transformé en salle de classe, l’inexistence d’une bibliothèque, entre autres, sont les problèmes que nous connaissons ».

Les mêmes revendications ont été mentionnées au Lycée du Plan Jaxaay. Il s’y ajoute, toutefois, selon Sérigne Faye, Proviseur dudit Lycée, l’impacte négatif sur les résultats de l’année précédant occasionné par l’utilisation de maisons en construction comme salles de classes pour pallier au manque drastique de locaux devant abriter les élèves.

Le ministre Sérigne Mbaye Thiam, qui a écouté religieusement les revendications des uns et des autres, se voulant prudent,  a déclaré à la fin de sa tournée « Chaque fois que des doléances reviennent, je les fais étudier par les services au ministère. En général, je ne préfère pas prendre d’engagements à chaud qui ne sont pas respectés. Je demande à mes services de prendre note, et dans les jours qui viennent il sera indiqué aux différents établissements visités les solutions qui pourrons être apportées ».

Par ailleurs, le ministre de l’éducation promet « en ce qui concerne le Lycée de Jaxaay, confronté à un problème d’équipements en informatique, nous allons avoir une livraison les semaines à venir. Nous avons promis que nous allons les appuyer en matériel  informatique » , a-t-il dit.

Concernant la question du déficit de salles de classe, Sérigne Mbaye Thiam rassure «il y a un besoin de classes physiques supplémentaires. J’ai demandé à ce qu’on étudie dans l’allocation de cette année la possibilité de construire ici 4 salles de classe ».

Cependant, le ministre s’empresse de préciser « mais cette solution est assujettie à une étude. Dés que se sera possible, je confirmerais. L’Etat n’a pas les moyens de tout faire à l’instant. Il faut dégager des priorités et en fonction des ressources allouées à l’éducation nationale, essayer de planifier l’exécution de certaines taches ».

Jean Pierre MALOU Sudonline

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*