Trésors culturels du Bénin : “La France ne peut plus fermer les yeux”

MUSEEUne semaine après que le Bénin a demandé officiellement à la France de lui restituer ses biens culturels, la Franco-béninoise Marie-Cécile Zinsou, de la Fondation culturelle du même nom, a expliqué sur France Info que “la France doit accepter de regarder son histoire”.

“Dans toute guerre, il y a des réparations. Quand on a spolié un pays (…), la France doit accepter de regarder son histoire”, a précisé la diplômée de l’histoire de l’art. Ancienne colonie française, le Bénin est indépendant depuis 56 ans. 5.000 pièces originaires du Bénin sont exposées dans des musées français, dont les principales au musée du Quai-Branly à Paris.

“On a absolument besoin de repères. (A la Fondation), on reçoit 500.000 enfants par an, très en demande de leur histoire et de leur patrimoine”, a confié Marie-Cécile Zinsou. C’est la première demande officielle d’une ancienne colonie française. “C’est un peu comme si le tombeau de Napoléon se trouvait à Berlin et qu’Angela Merkel disait : ‘Nous avons pris tout cela en 1940 et nous garderons tous ces trésors’. Tout le monde trouverait ça scandaleux”, a quant à lui expliqué Louis-Georges Tin, le président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran).

90% des pièces majeures d’art africain classique hors d’Afrique

“90% des pièces majeures d’art africain classiques sont hors d’Afrique”, a estimé sur France Info le journaliste du Monde Serge Michel, une semaine après la demande officielle de restitution de ses trésors pillés formulée à la France par le Bénin.

“La colonisation et les conflits en Afrique ont favorisé le pillage des musées”, a précisé le journaliste. La majorité du patrimoine africain se trouve actuellement “aux Etats-Unis, en Angleterre, en France, en Belgique et pour une petite partie en Allemagne”, a complété Serge Michel.

Cette revendication est très saine : sur le plan moral, elle renvoie la France à un certain nombre de manquements

Pour l’avocat en droit des affaires internationales Jean-Jacques Neuer, cette demande “renvoie aux pires heures de notre histoire : l’esclavage et le colonialisme. Cette revendication est très saine : sur le plan moral, elle renvoie la France à un certain nombre de manquements. Aujourd’hui, la France fait énormément la leçon à l’Afrique sur les biens mal acquis, sur la morale… Mais la France conserve dans son patrimoine des biens très mal acquis”, a-t-il précisé.

Une question à la fois mémorielle, politique et même économique à l’heure où se développe une forme de “course au tourisme mémoriel”. “Pas mal d’agences de voyage aux Etats-Unis font faire tests ADN à des noirs américains qui découvrent qu’ils sont originaires de là-bas et qui veulent s’y rendre. C’est un énorme réservoir de tourisme pour l’Afrique”, note le journaliste Serge Michel.

Source : France Info

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*