Trump autorise l’importation de trophées d’éléphants

A herd of elephants are on their way to gather around a water hole at the Tsavo West National Park, near Voi, around 350 kilometres southeast of Nairobi, on February 16, 2017. The Kenya Wildlife Services (KWS) conduct a large mammal aerial observation over the 48,656 square-kilometre Tsavo-Mkomkazi ecosystem that straddles the Kenya-Tanzania border, to gather data on elephants and other mammals, about their numbers, movement and water/pasture resources. / AFP PHOTO / TONY KARUMBA

L’administration Trump a réautorisé, ce jeudi, les chasseurs américains à importer des trophées d’éléphants tués au Zimbabwe. Une décision qui va à l’encontre des programmes de protection de cette espèce menacée, et qui a provoqué la colère des associations de défense des animaux.

En 2014, Barack Obama avait interdit l’importation de trophées d’éléphants provenant de certains pays d’Afrique. Les autorités américaines l’ont à nouveau autorisée, ce jeudi, accentuant la menace sur cet animal dont la population en Afrique décroît rapidement.

Le U.S. Fish & Wildlife Service (USFWS), «va émettre des permis autorisant l’import des trophées d’éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018», a écrit jeudi sur son site l’agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche. Elle confirme ainsi officiellement une annonce faite cette semaine lors d’un forum sud-africain pro-chasse. Plusieurs médias américains affirment que le permis s’appliquera également à la Zambie.

L’administration du président républicain exploite, avec cette décision, un aspect de la loi américaine sur les espèces en danger (Endangered Species Act), qui stipule que l’importation de tels trophées peut être légale si preuve est apportée que la chasse bénéficie à la conservation plus large des espèces.

«La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d’un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l’argent dans la conservation», explique ainsi le USFWS. «Pour soutenir la conservation, les chasseurs devraient choisir de chasser seulement dans des pays qui ont une forte gouvernance, un encadrement intelligent et des populations sauvages en bonne santé», ajoute l’agence.

Lire plus ici

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*