Tunisie: 6 personnes, dont 5 femmes, tuées dans l’assaut contre la maison assiégée

Les forces de sécurité tunisiennes encerclent une maison où sont retranchés des hommes armés avec des femmes et des enfants, avant de donner l’assaut, le 24 octobre 2014 à Oued Ellil, dans la banlieue de Tunis.|AFP
Les forces de sécurité tunisiennes encerclent une maison où sont retranchés des hommes armés avec des femmes et des enfants, avant de donner l’assaut, le 24 octobre 2014 à Oued Ellil, dans la banlieue de Tunis.|AFP
Les forces de sécurité tunisiennes encerclent une maison où sont retranchés des hommes armés avec des femmes et des enfants, avant de donner l’assaut, le 24 octobre 2014 à Oued Ellil, dans la banlieue de Tunis.|AFP

Six personnes, dont cinq femmes, ont été tuées vendredi dans l’assaut lancé par les forces de l’ordre tunisiennes contre une maison de la banlieue de Tunis dans laquelle était retranché un groupe armé, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Cinq femmes ont été tuées. Aymen (l’un des hommes armés, ndlr) a été tué et Houssem (le second) blessé et hospitalisé, a dit à la presse sur place le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mohamed Ali Aroui.

Deux enfants, un garçon et une fille, qui se trouvaient dans la maison ont aussi été hospitalisés. La fillette a été blessée à la tête, a-t-il ajouté, sans plus de précisions sur son état.

Les forces de l’ordre encerclaient depuis jeudi matin cette maison située à Oued Ellil, suite à des informations obtenues après l’arrestation de deux éléments terroristes à Kébili, à 500 km au sud de Tunis, faisant état de la présence d’autres éléments terroristes dans cette banlieue de la capitale.

Selon M. Aroui, les unités spéciales se sont approchées (de la maison) au niveau de la cuisine, où se cachaient les terroristes.

Les femmes sont sorties de la cuisine en tirant, a-t-il déclaré, en qualifiant tout le groupe, hommes et femmes, d’éléments terroristes.

La fin de l’assaut a été accueillie par les cris de joie et les acclamations des membres de forces de l’ordre ainsi que d’habitants du quartier, selon une journaliste de l’AFP sur place.

M. Aroui avait plus tôt dit à la presse que la police allait donner un ultimatum d’une ou deux heures maximum au groupe avant de donner l’assaut.

Nous ne voulons pas lancer l’assaut en raison de la présence de femmes et d’enfants, mais nous ne pouvons patienter plus longtemps, avait-il dit.

Jeudi, un membre de la Garde nationale (gendarmerie) avait été tué et un autre blessé dans les échanges de tirs entre les forces de l’ordre et les hommes armés.

Ces violences interviennent alors que la Tunisie organise dimanche des élections législatives qui, avec la présidentielle du 23 novembre, sont cruciales pour la stabilité du pays.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*