Turquie: après le coup d’Etat raté, les purges se poursuivent sans relâche

PURGE TURQUIEEn Turquie, la saison des purges se poursuit. Hier, mardi 16 août, ce sont des entreprises qui ont été visitées par les forces de l’ordre à Istanbul. Un secteur qui avait été jusqu’ici relativement épargné. Plus de 35 000 personnes ont été placées en garde à vue depuis le putsch raté, certains ont déjà été libérés, mais la traque des sympathisants de l’imam Fethullah Gülen se poursuit sans relâche.

Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

Quelques hommes d’affaires proches de Fethullah Gülen avaient déjà été inquiétés par la justice, mais, cette fois, c’est une opération beaucoup plus large qui a été effectuée à Istanbul. Ce mardi 16 août, les policiers ont effectué des descentes dans au moins quarante entreprises dont les noms n’ont pas été rendus publics.

Le Premier ministre Binali Yildirim a promis que les accusés auraient droit à un procès équitable ; il semble également vouloir rétropédaler sur le retour de la peine de mort avec ce commentaire violent : « On exécute une personne une seule fois, mais certaines façons de vivre ressemblent encore plus à la mort ».

Il y a désormais plus de 20 000 personnes toujours en détention ou en garde à vue suite au putsch raté et les procès ont commencé. Celui de Fethullah Gülen, initié avant le putsch, est toujours en cours : mardi, le parquet a requis deux peines de prison à perpétuité et 1 900 années de prison supplémentaires contre celui qu’Ankara accuse d’être derrière le coup d’Etat raté du 15 juillet.

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*