Twitter suspend les Vengeurs du Delta

niger_delta_avengersLes Vengeurs du Delta du Niger, appelés “Niger Delta Avengers”, utilisaient Twitter pour revendiquer des attaques ou critiquer le gouvernement nigérian.

“Ce compte a été suspendu” est la phrase qui s’affiche lorsque l’on veut accéder au compte en question.

“Nous ne faisons pas de commentaires sur des comptes individuels pour des raisons de sécurité et de respect de la vie privée”, a déclaré un porte-parole du réseau social interrogé par l’agence Reuters sur les raisons de la suspension du compte des Vengeurs du Delta du Niger.

Selon lui, la réglementation de Twitter comprend une “règle spécifique, concernant les menaces violentes”. “Vous ne pouvez pas, avec Twitter, faire des menaces de violence ou promouvoir la violence, y compris la menace ou la promotion du terrorisme”, a rappelé son porte-parole.

Les attaques menées par les Vengeurs du Delta du Niger ont fait chuter cette année la production pétrolière du Nigeria, en l’emmenant à des niveaux très bas, jamais atteints depuis une vingtaine d’années, selon le gouvernement nigérian.

Quelque 125.000 comptes fermés

Mais le ministère du Pétrole a récemment annoncé un retour de la production à ses niveaux habituels.

La milice affirme mener des attaques sur les installations pétrolières pour emmener le gouvernement à répartir de manière équitable les revenus du pétrole, dont le Nigeria est le premier producteur.

Twitter déclare avoir fermé plus de 125.000 comptes dont les propriétaires mènent, selon lui, des actions violentes, de la mi-2015 à maintenant.

La plupart de ces comptes étaient liés au groupe Etat islamique, selon le réseau social.

De nombreuses entreprises du secteur technologique prennent des mesures de plus en plus fortes contre les contenus controversés, face aux menaces des législateurs, qui contraignent les entreprises à informer les Etats des “activités terroristes” évoquées sur leur site Internet.

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*