Un Américain saute de 7600 mètres d’altitude, sans parachute

SAUT PARACHUTE USALa chaîne de télévision Fox retransmet un événement un peu particulier : l’Américain Luke Aikins va sauter sans parachute de plus de 7500 mètres d’altitude. Un filet géant déployé à Los Angeles amortira sa chute, si tout va bien.

Actualisation du dimanche 31 juillet : Pari réussi pour Luke Aikins. Sa chute à près de 200km/h a duré deux minutes et il a atterri en toute sécurité dans l’immense filet prévu à cet effet, comme en témoigne cette vidéo.


La performance que s’apprête à réaliser Luke Aikins n’est pas près d’être validée par le comité olympique. L’Américain doit sauter dans la nuit de samedi à dimanche d’un avion à 7 620 mètres d’altitude, sans parachute, ni wingsuit, ces combinaisons ailées qui permettent de ralentir un peu la chute.

Pour le réceptionner, un filet suspendu de 30 mètres sur 30 spécialement étudié pour amortir la chute, sera déployé à Los Angeles. Tout l’enjeu pour Luke Aikins sera donc de gérer les vents pour ne pas dévier de sa trajectoire et ne pas rater sa cible.

Luke Aikins n’a pas froid aux yeux, mais c’est un habitué des sports extrêmes. A 42 ans, il a déjà 18 000 sauts au compteur. Avec parachutes ceux-là. L’Américain a même réalisé quelques cascades dans le film Iron Man 3.

La chute de deux minutes sera retransmise en léger différé, au cas où les choses tourneraient mal, par le chaîne Fox entre 17h et 18h heure locale (entre minuit et 2h TU) lors d’un programme spécial appelé Heaven Sent, littéralement « envoyé du ciel ».

Pour ce défi, il s’est entraîné des mois durant. Il a réalisé une trentaine de sauts tests avec succès lors desquels il ouvrait son parachute au dernier moment. Il sera équipé d’une caméra, d’un GPS pour se diriger et d’un masque à oxygène. Mais rapporte que Red Bull n’a pas voulu sponsoriser son exploit, le jugeant trop risqué. C’est finalement Stride Gum qui a suivi.

Rappelons que la boisson énergisante a pourtant l’habitude de sponsoriser des défis spectaculaires. En 2012, par exemple, la marque avait suivi le saut de Félix Baumgartner, qui s’était élancé de la stratosphère à plus de 39 000 mètres d’altitude. Mais cette fois-là, l’Autrichien avait un parachute.

« Oui je suis stressé. Si je ne l’étais pas, je serais stupide », a confié l’intéressé à l’agence Associated Press.

Alors pourquoi ? « Pour moi c’est une façon de prouver qu’on peut faire des choses qu’on pense impossibles, si on s’y prend bien. »

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*