February 19, 2018
News Ticker

Un moine bouddhiste a été momifié et couvert de feuilles d'or

moine-bouddhisteMomifier les moines les plus vertueux est un moyen pour les temples d’offrir une source d’inspiration aux croyants. Mort à l’âge de 94 ans, Fu Hou s’était consacré au bouddhisme à l’âge de 17 ans. Il vient d’être transformé en statue d’or.

Trois années et demi se sont écoulées depuis sa mort. Un moine bouddhiste de Quanzhou, dans le sud-est de la Chine, vient d’être transformé en statue d’or.

Décédé à l’âge de 94 ans, Fu Hou avait passé la plus grande partie de sa vie au temple de Chongfu, situé sur une colline. Dévoué au bouddhisme depuis l’âge de 17 ans, il était connu pour son attitude particulièrement pieuse.

VOIR AUSSI : À la recherche de la sérénité dans une forêt de bambous au Japon

Momifier les moines les plus vertueux est un moyen pour les temples d’offrir une source d’inspiration aux croyants. Le corps de Fu Hou avait donc été immédiatement traité par des spécialistes de la momification, puis scellé et disposé dans un grand pot, en position assise.

Un hommage réservé aux plus vénérés

Lorsque le pot a été ouvert trois ans plus tard, la peau du moine avait très bien séché. Voilà qui tombe bien : la croyance veut que seuls les moines les plus vertueux restent intacts après la momification.

S’en est suivi un véritable travail d’orfèvre. Depuis le 10 janvier 2016, le corps a subi une série de traitements particuliers, allant de la stérilisation à la peinture. Au bout de trois mois d’efforts, la masse était enfin prête à être transformée en statue, a indiqué AP.

Après avoir été nettoyé avec de l’alcool puis laqué, le corps a donc pu être recouvert de feuilles d’or. Momifié vivant, une pratique d’autrefois

Il faut dire que la momification a une place particulièrement importante dans le bouddhisme. Ainsi, au Japon, jusqu’à la fin du XIXème siècle, de nombreux moines bouddhistes cherchaient à se faire momifier vivants.

Le processus était très fastidieux. Il supposait que le moine ne s’alimente que de noix et de graines pendant plusieurs années, tout en veillant à fortement se dépenser physiquement. De cette façon, il se débarassait de toute sa masse graisseuse. Une deuxième étape consistait ensuite, durant encore quelques années, à n’ingérer que de petites quantités de racines afin de perdre une partie de ses fluides corporels. Enfin, le corps était empoisonné afin de s’assécher au maximum. Emmuré vivant, le moine devenait ensuite une momie Sokushinbitsu.

Cette pratique ancestrale est désormais considérée comme un acte de suicide, donc illégale. Aujourd’hui, les moines ne peuvent plus être momifiés qu’à leur mort.

Émilie LAYSTARY

PAR ÉMILIE LAYSTARY

www.france24.com

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close