un nouveau navire turc chargé d’armes a accosté à Tripoli

La guerre par procuration entre d’une part les pro-Haftar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et d’autre part, les soutiens aux forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), le Qatar et la Turquie prend de l’ampleur, du fait des fournitures d’armes aux belligérants. Les forces du GNA ont annoncé samedi avoir reçu des dizaines de blindés, d’armes et de munitions de fabrication turque à Tripoli pour attaquer les paramilitaires fidèles au Maréchal Haftar.

Dans le même temps, les drones émiratis appartenant à l’armée de Haftar ne cessent de bombarder les zones civiles de Tripoli. L’envoi d’armements aux parties belligérantes se poursuit alors que les instances internationales se disent inquiètes de la prolifération des armes dans ce pays africain, malgré l’embargo imposé depuis 2011.

Le navire turc transportant à bord de véhicules blindés en renfort, d’armes et de munitions pour les forces fidèles au Gouvernement d’Union Nationale (GNA) a accosté dans le port de Tripoli.

Les forces du GNA ont annoncé samedi avoir reçu des dizaines de blindés en renfort et d’équipements militaires pour repousser les troupes du maréchal Khalifa Haftar qui mènent une offensive contre la capitale libyenne. Le GNA dote ses forces d’armes qualitatives, de blindés à la rescousse et de blindés pour défendre Tripoli.

Une source proche du GNA a publié des photos de dizaines de véhicules blindés et d’armes de conception turque sur le quai du port de Tripoli.
Un porte-parole des forces du GNA a confirmé à l’AFP l’arrivée de renforts sans donner de détails sur leur origine.

D’autres photos montrent des véhicules déchargés du navire turc « Amazon ».
Selon le site Vesselfinder, le navire turc Amazon Giurgiulesti battant pavillon de la Moldavie, est arrivé au port de Tripoli en provenance du port de Samsun en Turquie. Le maréchal Haftar est accusé par ses détracteurs de recevoir un soutien militaire de l’Occident, des Saoudiens et des Émiratis. Il accuse à son tour la Turquie et le Qatar d’armer ses rivaux.

Le porte-parole de l’armée nationale libyenne autoproclamée conduite par Haftar, , Ahmad al-Mesmari, a prétendu lundi dernier que l’armée turque avait livré aux forces liées au GNA des drones capables de transporter et de larguer des bombes.

Amnesty International a accusé jeudi dernier les militaires pro-Haftar d’avoir frappé avec des drones émiratis des zones résidentielles dans la capitale libyenne.  

La Libye est sous un embargo sur les armes depuis la chute du dictateur libyen Mouammar Kadhafi en 2011. Mais, l’embargo est régulièrement violé par les différentes forces en présence en Libye soutenues par différents pays étrangers. Pour le moment, le pays riche en hydrocarbures est plongé dans le chaos sur fond de lutte d’influence entre les camps rivaux.

Par Regardsurlafrique avec Presstv

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*