UN NOUVEAU SOLO POUR GERMAINE ACOGNY «MON ELUE NOIRE», HYMNE POUR UNE «REINE» SEPTUAGENAIRE

germaine_agoDes nouvelles de la célèbre danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise, Germaine Acogny. A 70 ans, la « reine » danse encore. Dans deux jours, les 15 et 16 janvier plus précisément, elle se produit d’ailleurs à Potsdam en Allemagne. Sur un spectacle d’un autre maître de la danse, Maurice Béjart. Intitulé « Mon Elue Noire », le spectacle est son œuvre à lui, mais revisité par Olivier Dubois, un chorégraphe plus jeune dont un magazine spécialisé dans la danse dit qu’il est l’un des 25 meilleurs danseurs au monde.

Au mois de mai 2012, c’est au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris que le chorégraphe français de danse contemporaine Olivier Dubois concevait le premier volet de sa collection. Un spectacle sous la forme d’un long baiser chorégraphié sur Le Sacre du Printemps, célèbre ballet composé par le russe Igor Stravinski. Et source d’inspiration pour quelqu’un comme le chorégraphe français Maurice Béjart (1927-2007).
 
Puis tout récemment en 2014, au mois de décembre plus précisément, un nouveau Sacre, créé cette fois-ci, comme dit le communiqué que nous avons reçu, pour une « reine de soixante-dix ans » qui n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler une inconnue puisqu’il s’agit de la danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise Germaine Acogny, véritable icône de la danse en Afrique. « Mon Elue noire », c’est le nom de ce spectacle, est à l’origine l’œuvre de Béjart lui-même, mais Germaine Acogny ne l’avait jamais dansé auparavant.
 
Pour donner une nouvelle texture ou une autre couleur à cette œuvre, pour la revisiter en quelque sorte, Olivier Dubois a voulu s’inspirer, « puiser dans la force et la profondeur de l’âme africaine ». La Première de ce nouveau solo, taillé sur mesure pour Germaine Acogny elle-même, aura lieu les 15 et 16 janvier, à Potsdam en Allemagne. Puis le 27 mars à Roubaix en France, du 7 au 9 avril à Paris. Au mois d’août 2015, ce sera à Genève en Suisse.
 
Olivier Dubois est depuis un an, le Directeur du Ballet du Nord aussi connu sous le nom de Centre chorégraphique national Roubaix-Nord-Pas-de-Calais. En 2011, le magazine Dance Europe faisait de ce chorégraphe quadragénaire, l’un des 25 meilleurs danseurs au monde. Si son premier solo, intitulé « Under cover», date de la fin des années 1990, c’est en 2005 que s’enchaînent pour lui les succès, d’abord avec « Féroces », un duo.
 
 En 2007, le Syndicat professionnel de la critique lui attribue le prix spécial du jury, pour son « parcours d’interprète » entre autres. Au cours de l’année 2009, son exposition « L’interprète dévisagé », retient l’attention pendant tout un mois.
 
Mais Olivier Dubois n’est pas « que » chorégraphe-interprète. Il enseigne aussi et dirige de nombreux ateliers dans des écoles et compagnies de danse à l’étranger : Monaco, l’Autriche, la Grèce ou encore l’Egypte. Au mois de décembre 2013, le chorégraphe créait « Souls », un ensemble né de plusieurs répétitions à Dakar ici au Sénégal et au Caire en Egypte. Répétitions avec six danseurs venus de différents pays d’Afrique. 

Théodora SY SAMBOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*