Un pays-un régime à scandales : les dégâts collatéraux du « médiator sénégalais ». Rien que des victimes éternelles, mais pas de coupables

Les Leaders de Benno Siggil Senegaal
Les Leaders de Benno Siggil Senegaal
Les Leaders de Benno Siggil Senegaal

Comme tout faux médicament nocif, après plusieurs années d’incubation sur l’organisme,  le  « nouveau médiator sénégalais » en place- made alternance, vendu sur le marché, sensé être positif sur la santé  des sénégalais, n’était, en réalité, que du poison mis au point par le laboratoire ultra libéral. Les dégâts collatéraux commencent donc à livrer leurs secrets sans qu’il ait des coupables désignés.

Affaire Me Sèye- protocole de Rebeuss[80mds]- les 7 mds de Taiwan : rien que des victimes, des gloutons, mais pas de coupables.  Même dénominateur commun : l’arnaque organisée. C’est ça le nouveau scandale du « médiator », version sénégalaise.

Création d’agences bidon clientélistes aux odeurs nauséabondes [plus de 30- surtout le salaire de Aminata Niane de l’apix, qui dispose d’un salaire mensuel de 7 millions] toutes budgétivores; augmentation du budget de la présidence de la république [90 mds], la statuette satanique du monument de la renaissance estimée à plus de 50 mds, sans compter le fesman superflu-  avec la somme de 17 mds dans les poches de sa fille Sindjéli wade. Bref la liste indécente continue sa litanie. On arrête donc de supputer sur l’hémorragie, au risque d’être cardiaque.  Chaque jour un scandale en cache toujours un autre.

Ce qu’on oublie  souvent de prendre en compte, c’est  qu’une certaine stature réactionnaire, fondamentalement conservatrice, capitaliste, opportuniste censée jouer sa partition pour l’instauration d’une société plus juste, que lui confère sa posture par rapport à l’histoire, a abdiqué pour ne jouer que la doublure, en contre partie sûrement de valises pleines à craquer, au point qu’on se demande sérieusement son efficacité réelle sur le terrain.

Qui peut parler de leur richesse licite ? Sans l’apparat de l’islam, elle serait comme le sénégalais lambda. Contrairement aux idées distillées dans les consciences, elle a  été créée de toute pièce par le colonisateur pour asseoir son propre pouvoir. Du colonialisme à aujourd’hui, le même pouvoir manipulateur, utilise les mêmes vieilles recettes d’antan. Rien n’a absolument changé. C’est tout simplement une vue de l’esprit.  La réalité des faits est palpable. Les mêmes causes reproduisent toujours les mêmes effets. Soyons conséquents  et objectifs dans nos analyses ! L’hypocrisie n’a que trop duré.  Ça suffit donc !Car la réalité de sa raison d’être n’est nullement prouvée, d’où la question qui fâche. Un sujet tabou dans le substrat du sénégalais culturellement et politiquement enchaîné par des contingences fatalistes, accepte sa condition d’homme dominé, qui résulte  incontestablement  et inconsciemment d’un réflexe admis par mimétisme défaillant.

Nous voulons faire de la mayonnaise sans casser les œufs. Il est certain  que cette nomenclature est aussi gloutonnée  que la classe d’en haut qui la ménage pour service sûrement rendu, ne peut ignorer, en aucun cas,  les scandales  à répétions, en particulier, les coupures intempestives du courant électrique et la cherté des denrées de premières nécessités comme, l’huile, le riz, qui atteignent un seuil intolérable, pour ne citer qu’un exemple.

Nous avions déjà exprimé suffisamment notre position sur ce sujet là.   Cependant, quelques lignes.  Ce sont des écrans fumée qui ne souffrent d’aucune ambigüité. Comment parler de société civilisée, croyante à deux vitesses contradictoires ou l’une, minoritaire, puissante, si fortunée avec des comptes bancaires bien fournis et qui roule  sur des bolides dernier cri-Lamborghini-Aston Martin au nom d’Allah, alors que le reste majoritairement plus nombreux n’a  que ses yeux pour pleurer sur son sort, qui n’a même pas de quoi s’acheter une bonbonne de gaz butane pour faire sa cuisine ? Nous sommes bien au cœur d’une société inégalitaire.

homme politique

Ceux qui utilisent la double casquette ou qui troquent leur chapelet contre de l’argent ou qui s’affichent publiquement en tant que challenger dans la perspective d’occuper le haut du pavé, demain, doivent savoir qu’on ne leur fera aucun cadeau. Soit on est un homme de dieu, soit on ne l’est pas, mais pas les deux à la fois.

Nous les traitons sans faiblesse aucune comme tels. Que viennent-ils faire sur la chose publique si ce n’est pour arracher un strapontin, dans le meilleur des cas ? En quoi sont-ils plus crédibles que les autres si n’est  l’utilisation massive et systématique de leurs noms ? Nous disons simplement  que la  stratégie propagandiste  de la roublardise  au nom  de l’islam  comme étant un  levier  de promotion sociale,  tendant à  baliser le terrain et d’aiguillonner le vote sénégalais pris en otage pour  arriver à ses fins pour se servir  et s’enrichir, relève incontestablement d’un détournement des consciences, pour ne pas dire de la filouterie.

Le summum de l’immoralité. Le maître du plagiat historique de la  liturgie n’est qu’un vulgaire  machiavel autoritaire, un despote non éclairé, déclaré. Un faussaire. La politique ne peut se mesurer aux reniements surréalistes permanents.

On libère des assassins qui avouent eux-mêmes leur propre crime, en leur donnant même comme prime, une promotion, dans un  pays supposé de droit. Un vote de loi à l’Assemblée nationale absout le même crime. La rationalité dépasse la science fiction et l’entendement. Une première mondiale dans les annales juridiques. Si ce n’est pas une insulte contre la mémoire de la victime, dites nous alors ce que c’est ? Le ridicule quand tu nous tiens. L’amoralité est à son comble !

On pourrait ajouter à la liste macabre un troisième : « le bateau le joola, le plus grand naufrage  plus que le Titanic de toute l’histoire de l’humanité ». Plus de 2000 victimes. Le plus grand scandale impuni.  Idy-Macky reste bien le couple éternel des niaiseries. Il donne bien les preuves matérielles de leur culpabilité avérée sur le terrain du crime.

Leur train de vie extensible, exceptionnel dans l’échiquier politique explique bien cela.  Ne pas avoir des preuves c’est avoir des preuves, lorsque des accusés d’anthropophages se disputent des os humains sur la place publique, ils sont comme tels. Il n’y a pas de fumée sans feu.  Voilà la réalité des faits. Tout le reste n’est que verbiage creux au nom d’une hypocrisie partagée.

Comment donc des inconnus, pauvres, hier,  qui ne disposent d’aucun héritage connu jusqu’ici,  peuvent-ils donc voyager au gré du vent sur toute la planète avec une telle fortune  si énorme, en  contradiction totale avec leur milieu social d’antan. Nous  ne sommes pas des gueux. C’est une insulte notoire du contribuable sénégalais. Ne pas l’admettre, c’est se compromettre, c’est être coupable et comptable du silence complice des mensonges d’Etat des mêmes faits incriminés.

Les éternels bourreaux devant l’éternel doivent être nécessairement les victimaires  imaginaires, tandis que les vraies victimes doivent être les éternels coupables.  Une curiosité inexplicable.

S’il y a des victimes, c’est qu’il y a assurément des coupables. Personne ne peut le nier. Arrêtons le cinéma, le cirque et l’hypocrisie. Dire que nous sommes dans une société inintelligible relève d’un euphémisme évident.

 On se débrouille toujours à trouver des coupables, lorsqu’il s’agit des voleurs d’ânes ou des adversaires,  à l’inverse, on se heurte au talon d’Achille, quand des cambrioleurs de chemin pris dans le sac, on se la ferme motus et bouche cousue. La raison des bonnes excuses est toujours la meilleure.

Dans un pays civilisé, la question ne se poserait même pas, puisque la justice trouverait par tous les moyens les vrais coupables. En réalité, la justice marchant au pas du politique ne fait qu’obéir à celui-ci. Comment dans des affaires aussi graves les unes après les autres, on n’arrive jamais à désigner des éternels coupables, qui courent toujours dans le même pays, alors que les éternelles victimes demeurent les éternelles oubliées. C’est bien la preuve que la parodie de justice  n’est qu’un leurre. Etrange !

Une société étrange à la renverse. Il n’y a ni moins ni plus. S’il y a des victimes, c’est qu’il y a assurément des coupables. Personne ne peut le nier. Arrêtons donc le cinéma, le cirque et l’hypocrisie. Dire que nous sommes dans une société abâtardie relève d’un euphémisme évident. Il  y a bien une anomalie de la démocratie et un déni de justice dans ce pays biscornu, qu’on le veuille ou pas.

 comme par hasard, apparemment, selon les instituts de sondage bidon travaillant sur commande sur recommandée, la bande des  trois  s’octroie librement la bonne posture pour les échéances à venir; à contrario, la vraie même opposition des tripes contre le régime de [Abdou au pouvoir]-conduite par la cheville ouvrière du leader populaire, le plus charismatique, le plus intègre de tout l’échiquier politique, en l’occurrence, Abdoulaye Bathily de la LD, l’afp de Moustapha Niasse et Dansoko, cajolée, admirablement hier, pour avoir parrainé le candidat Abdoulaye wade, en le mettant sur orbite, pour lui assurer sa victoire totale, bien connue, contre Abdou Diouf; cette même opposition est devenue subitement diabolisée, décivilisée, décriée comme un malfrat, au point qu’elle ne vaut plus rien aux yeux du sénégalais.

Nous disons tout simplement qu’il y a  là, à tous les coups, un lobby tout puissant ultra libéral, qui joue  les snippers,  sans pour autant le dire ouvertement, comme  étant des directeurs de campagne dans les actes qu’ils posent sur la scène politique. Ce qu’il est convenu d’appeler la politique des girouettes et des pirouettes de pacotille, pour  défendre des intérêts mercantiles, menacés.  C’est cela qui est inacceptable moralement. L’envers du décor doit imprimer nécessairement sa marque quoiqu’il puisse arriver. L’école de la sottise universelle représentée par Abdoulaye wade, idy, macky, la bande des Trois, ne peut être jamais blanchie.

Le combat continue !

par Ahmadou Diop

In the Spotlight

Live walf tv: Le Grand Soir

by bishba in Emission tv 0

Related Posts:DIRECT Alain Juppé : «Une fois pour toutes, je ne…Direct - Emmanuel Macron : «Je mettrai tout mon soin…Rappel À Dieu De Sidy Lamine NIASS : Retour Sur Une…Donald J. Trump ou le délire [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*