Un petit-fils de Mandela poursuivi pour avoir menacé un conducteur avec une arme

Mandla, un petit-fils de Nelson Mandela
Mandla, un petit-fils de Nelson Mandela
Mandla, un petit-fils de Nelson Mandela

La police sud-africaine a ouvert une enquête sur Mandla, un petit-fils de Nelson Mandela, accusé d’avoir menacé un automobiliste avec une arme à feu, lors d’une dispute.

Il est sans doute le petit-fils de Nelson Mandela le plus connu au monde. Mandla le petit-fils de l’ex-Président sud-africain attire de nouveau l’attention sur lui. La police sud-africaine a ouvert une enquête sur lui pour avoir menacé un automobiliste avec une arme à feu, lors d’une violente dispute durant un embouteillage avec d’autres conducteurs de voiture.

La scène s’est déroulée dimanche dernier, à Mthatha, dans le sud-est du pays. Selon un porte-parole de la police, Mandla est « accusé d’avoir pointé une arme à feu dimanche sur un conducteur bloqué dans la circulation à la suite d’un accident ».

Ambitions

Le petit fils du héros national sud-africain contre l’apartheid, « est allé chercher son arme à feu dans sa voiture et a menacé l’autre conducteur », a-t-il ajouté sans donner davantage de précisions. « Il s’agit d’une de ces violences au volant où chacun accuse l’autre de l’avoir heurté », a précisé le porte-parole de la police, soulignant également qu’« on n’a pas le droit de pointer son arme sur n’importe qui, c’est une arme qui peut tuer ».

La riposte du conducteur en question ne s’est pas faite attendre. Il a décidé de porter plainte mardi contre Mandla, qui est également député ANC (parti au pouvoir en Afrique du Sud) et chef coutumier de Mvezo, le village natal de son grand-père, Nelson Mandela.

Ce n’est pas la première fois que Mandla fait parler de lui dans la presse. Durant l’hospitalisation de son grand-père pour une grave infection pulmonaire à l’hôpital de Pretoria, il avait fait la Une des journaux après avoir été accusé de violation de sépultures par le reste de sa famille pour avoir déplacé les tombes des trois enfants morts de l’ex-dirigeant sud-africain, dans le village dont il est le chef coutumier. Son but est de développer des activités touristiques, pouvant concurrencer un musée mémorial officiel déjà existant. Un projet qui devrait lui rapporter gros s’il réussit à le mettre sur pied.

 PAR ASSANATOU BALDÉ Afrik.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*