Algérie : des appels à la désobéissance civile

La rue algérienne appelle à la désobéissance civile au 24e vendredi de manifestations contre le régime.

À Alger, le cortège a scandé des slogans hostiles au général Gaïd Salah, présenté comme l’homme fort du pays depuis la chute du président Abdelaziz Bouteflika. Les contestataires rejettent également la main tendue par le président par intérim Abdelkader Bensalah.“Je dis qu’on ne peut pas dialoguer, on doit négocier leur départ. La junte militaire ne devrait pas gouverner un pays et le développer, c’est pour garder nos frontières, et non pas pour développer le pays. On fait pas du neuf avec du vieux: ils sont là depuis 57 ans, ils n’ont rien fait du pays, ils l’ont amené à la faillite. Il y en a marre de ce pouvoir de mafia, “ a déclaré Fatima, manifestante, médecin à la retraite.

Une “Instance nationale de dialogue” a été mise sur pied, mais plusieurs personnalités susceptibles d’y représenter les manifestants ont refusé d’y participer, l’accusant de faire le jeu du pouvoir.

La mobilisation de ce vendredi a été particulièrement encadrée par les forces de l’ordre.

C’est la première fois que les manifestants brandissent la menace de refuser désormais de se soumettre à la loi et au pouvoir en place.

Par regardsurlafrique avec Africanews