Controverse relative à la rédaction de l’histoire générale du Sénégal : Les précisions du Pr Iba Der Thiam et du comité de Pilotage

Dans le souci de mettre fin à la polémique qui accompagne la publication des 5 premiers tomes de l’HGS, le Comité de Pilotage des dits ouvrages a tenu à apporter dans un communiqué en date d’- hier, dimanche 15 septembre 2019, des clarifications dites « fondées sur des faits palpables et des preuves concrètes ».

C’est ainsi qu’à la question de savoir « Pourquoi l’Histoire du Sénégal devrait se résumer aux marabouts ? », le comité a précisé n’y voir pas grand intérêt, parce que l’Histoire du Sénégal a été, dès l’origine, déclinée comme « une histoire globale, qui ne laisse de côté aucune région, aucune langue, aucune culture, aucune religion, aucune ethnie ».

Relevant de suite qu’elle est ancrée dans une vision sénégambienne et panafricaine, le comité fait remarquer qu’elle est « une histoire, à la fois, économique, sociale, politique, diplomatique, culturelle, religieuse et scientifique, pour réconcilier toutes les écoles de pensée ». Par ailleurs, pour le Pr Iba Der Thiam et Cie, dire que l’- Histoire des Ceddo ne figure pas dans ces tomes est « une autre contrevérité, qui prouve que celui qui parle n’a pas lu les livres qu’il conteste ».

Comme en témoigne la page 92 du Tome III Volume 1/A, où figure un chapitre intitulé : L’influence des communautés Ceddo et des Lettrés musulmans dans la société sénégambienne de la première moitié du XIXe siècle. Concernant la famille Ndiéguène, le comité de pilotage a tenu tient, à préciser que « celui qui avait parlé au nom de l’illustre famille Ndiéguène, qui est une personnalité intègre et honnête, pleine d’expérience et de sagesse, dont certains avaient abusé de la bonne foi, après avoir pris connaissance des clarifications apportées par le Comité de Pilotage, a reconsidéré sa position ». Tout en félicitant, dans une correspondance datée du 12 Septembre 2019, le Professeur Iba Der Thiam « pour cette importante réussite ».

Entre autres précisions, le comité de pilotage de l’HGS a relevé enfin qu’il « n’a pas été créé par le Chef de l’Etat Macky Sall, mais par nous-mêmes. Il n’a aucune responsabilité dans les polémiques qui se sont fait jour. Le Comité n’a rien de commun, ni avec la CNRF, ni avec la CNRI, ni avec la CNDS. C’est une initiative autonome des historiens uniquement ». Un comité qui a travaillé avec le soutien de diverses autorités dont le chef de l’Etat, le ministère de l’Enseignement Supérieur, celui de la Culture, le Maire de la Ville de Dakar et 15 Sponsors.

Sud Quotidien