La marine chinoise en «démonstration de force» dans le Golfe?

Pékin étudie la proposition de Washington de missions d’escorte dans le golfe Persique. Les États-Unis s’appliquent à créer une coalition pour y sécuriser la navigation marchande qui serait selon eux menacée par l’Iran. Sputnik en a discuté avec deux analystes: un Russe et une Chinoise.

Fin juin, Donald Trump avait tweeté que la Chine, le Japon et d’autres pays «devaient protéger leurs propres navires» dans le golfe Persique, où la 5e Flotte américaine est déployée. Les États-Unis sont engagés dans l’élaboration d’une coalition internationale pour protéger la navigation commerciale dans cette partie du monde contre la «menace iranienne».

Qui menace la navigation dans le Golfe?

«Les allégations concernant le danger pour la navigation dans le golfe Persique n’ont aucun fondement. C’est une pure invention de Trump et d’Israël, dont l’objectif est de renforcer la pression sur l’Iran afin de lui imposer de nouvelles sanctions, pour conclure un nouvel accord nucléaire à d’autres conditions, afin d’introduire d’autres restrictions à l’Iran qu’ils s’appliquent depuis de longues années à étouffer politiquement et économiquement», a déclaré à Sputnik le politologue russe Oleg Matveïtchev, du Haut collège d’économie de Moscou.

Quant à la proposition d’escorter ses navires dans le Golfe, a estimé l’expert, la Chine pourrait y penser. La Marine chinoise pourrait y montrer la puissance du pays, tout en soutenant l’Iran. Pékin profiterait alors de cette erreur de calcul diplomatique américaine pour introduire ses bâtiments de guerre dans le golfe Persique et ce, d’autant plus que la Chine est un partenaire commercial clé de l’Iran, qui ne créera sans doute pas de problèmes pour les bateaux de commerce chinois.

«L’escorte des pétroliers chinois par des navires militaires chinois est une sérieuse démonstration de force de la Chine. Dans un contexte de conflits et d’attentats régionaux, si la Chine en a la possibilité, elle doit essayer de faire tout son possible pour garantir la sécurité de différents itinéraires de transport d’hydrocarbures», a souligné pour sa part, Chen Xiaoqin, experte de l’université Renmin de Chine.

Pour le moment, seul le Royaume-Uni, fidèle allié des États-Unis, a officiellement déclaré sa participation à une «mission de sécurité maritime» afin de protéger les navires marchands dans le détroit d’Ormuz, au cœur de tensions avec l’Iran.

fr.sputniknews.com/international

La tension ne cesse de monter dans la région depuis le retrait américain de l’accord nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines à l’encontre de l’Iran. Ces crispations se sont intensifiées ces dernières semaines, notamment en raison des incidents impliquant des pétroliers dans le Golfe.