Sotchi: Poutine se félicite de la «nouvelle page» ouverte avec l’Afrique

Ouvert hier, le premier sommet Russie-Afrique s’est achevé ce jeudi 24 octobre à Sotchi. Avec cet évènement, Moscou veut marquer son retour sur le continent et entend pérenniser ce type de rendez-vous.

Vladimir Poutine estime que le sommet de Sotchi a « ouvert une nouvelle page » des relations entre la Russie et l’Afrique. Une chose est sûre, le président russe a réussi à mobiliser. L’intégralité des 54 pays d’Afrique étaient représentés, dont 43 d’entre eux par leur chef d’État et de gouvernement.

Pour autant, aucun contrat majeur n’a été annoncé au cours de ces deux jours. Mais le président russe se félicite d’avoir posé les bases qui devraient permettre dans le futur à son pays d’intensifier ses échanges commerciaux avec le continent.

Rencontres annuelles et triannuelles

Ces échanges sont encore faibles actuellement. Moscou veut les doubler d’ici cinq ans. Pour y arriver, le président Vladimir Poutine a annoncé la création d’un nouveau mécanisme de dialogue. Il prévoit que des sommets comme celui-ci auront désormais lieu tous les trois ans, tour à tour en Russie et dans un pays d’Afrique.

Et que chaque année, des consultations seront organisées au niveau des ministres des Affaires étrangères entre la Russie, d’une part, et trois États africains qui changeront chaque année, en fonction des rotations à la tête de l’Union africaine.

Tout au long du sommet, Vladimir Poutine a insisté sur ce qui unit, selon lui, Moscou et le continent : un passé de lutte anticoloniale et un souci de défendre aujourd’hui le principe de souveraineté. Il a également insisté sur l’importante de l’Afrique pour Moscou aujourd’hui.

Les institutions internationales dans le viseur

« Les États d’Afrique ont de plus en plus d’importance politique et économique, a expliqué le dirigeant russe. Ils s’affirment en tant que piliers du monde multipolaire, et dans de nombreux dossiers nos positions sont proches et même parfois identiques. Cela favorise nos relations au sein des institutions internationales. Et nous allons donc coordonner nos actions avec les pays africains qui sont membres non permanents au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. »

Si Vladimir Poutine évoque les Nations unies, ce n’est pas par hasard. À l’exemple de la Chine, la Russie veut nouer des alliances avec les pays africains au sein de l’organisation onusienne – pour peser davantage sur les nominations, sur les décisions et sur les votes.

De leur côté, plusieurs dirigeants africains ont posé leurs conditions, à cet éventuel rapprochement avec Moscou : que la Russie les soutienne dans leur ambition d’obtenir un poste de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans une déclaration commune, signée en conclusion de ce sommet, la Russie et l’Union africaine ont d’ailleurs dénoncé « les diktats politiques et le chantage monétaire » et appelé à une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies pour que l’Afrique y soit mieux représentée.

Rfi

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.