Une dame sulfureuse entraîne son ex et son mari en prison

FEMMES ET DROGUES

prisonL’OBS – Émigrés sénégalais établis en Italie, Pape O. Th. et Modou D. sont depuis quelques jours dans les liens de la détention. A l’origine de leurs démêlés judiciaires, une dame : A. Lèye. Ex copine du premier nommé et actuelle épouse du second, elle constitue l’épicentre du différend entre les deux émigrés, qui se sont violement affrontés à Thiaroye, au commissariat de police local, et au parquet, avant d’être admis à Rebeuss.

Le torchon brûle entre le sieur Pape O. Th. et son compatriote sénégalais, Modou D., qui se regardent en chiens de faïence. Le différend qui met aux prises ces deux émigrés sénégalais en Italie, est profond et aujourd’hui, il est vieux de huit ans.

2006, début de l’histoire

De sources concordantes proches de cette brouille, le différend opposant les deux hommes remonte à 2006. A l’époque, le sieur Pape O. Th., domicilié à Thiaroye, entretenait déjà une aventure amoureuse avec la demoiselle A. Lèye, qui durera 5 ans. C’est pendant que la vie du couple battait de l’aile que le sieur Modou D., qui à l’époque, vendait des téléphones portables au marché de Thiaroye, est tombé sous le charme de la demoiselle.

Lui ayant déclaré sa flamme, Modou D. et A. Lèye vont à leur tour vivre une passionnante aventure amoureuse. Ils finiront même par se marier. En 2009, Modou D. obtient son visa d’entrée en Italie et émigre dans ce pays. Il sera imité par Pape O. Th., qui débarque à son tour en Italie. Jusque-là, rien d’embarrassant ne se produit entre les parties.

2013 –La page facebook et les publications salaces qui déclenchent l’antagonisme entre les parties

Seulement, en 2013, Papis révèle que son ex copine, (A. Lèye, restée au Sénégal), refait surface dans sa vie. En plus clair, il soutient qu’un jour, la dame lui a envoyé des photos d’elle sur sa page facebook. Il indique avoir réagi avec mépris, en supprimant les images. Malheureusement pour lui, Modou D., qui avait accès à la page facebook de sa femme, est ainsi parvenu à ouvrir la page facebook de son «rival», Pape O. Th. Sous le coup de l’émotion, il a posté sur la page de celui-ci des commentaires offensants et outrageants à l’endroit de son «rival», qu’il soupçonnait de fricoter avec sa dame.

Ayant parcouru ces commentaires, Papis soutient lui avoir répondu en le sommant d’y mettre fin, à défaut de quoi, il s’emploierait à publier sur sa page les moments «intimes et intenses» qu’il a vécus, 5 années durant, avec la dame. Face à l’entêtement de celui-ci, Papis a confié qu’il a mis sa menace à exécution, en postant, avec force détails, «les bons moments qu’il a passés avec la dame A. Lèye».

Une réplique cuisante qui est restée en travers de la gorge de Modou D. Ne pouvant répondre à son «rival» qui, entre temps a bloqué la page facebook de la dame qui servait de relais pour le règlement virtuel de leurs comptes, Modou a déversé son courroux sur sa dame. Après lui avoir demandé de lire le message compromettant posté par son ex, il lui demande des comptes et la somme de régler cette affaire. Désemparée, la pauvre dame, accompagnée de ses proches, prend langue avec la famille de Papis, en vain, l’intéressé ne se trouvant pas au Sénégal. Sur ce, elle dépose à la gendarmerie une plainte contre Papis. Sans succès.

2014 – Hasard du calendrier ? Les deux émigrés «rivaux» débarquent à Dakar 

Alors que les dégâts collatéraux de ce fâcheux épisode aux conséquences énormes, sont pendants au sein du couple, les deux émigrés débarquent, dans la première semaine de ce mois de février, à Dakar. Domicilié à Yeumbeul, Modou, qui travaillait au marché de Thiaroye avant son départ pour l’Europe, ne se prive pas de rendre visite à ses amis qui sont encore au marché de Thiaroye. Seulement, en s’y rendant, il passe aux abords du domicile de Papis.

Ainsi, les deux hommes se sont rencontrés. Se regardant en chiens de faïence, ils ont eu une vive altercation, corsée par des injures et autres insanités. L’affrontement a fini, il y a environ 15 jours, au commissariat de police de Thiaroye, où Modou et son épouse ont déposé une plainte contre Papis. Convoqués, les hommes du commissaire Diouf tentent de concilier les parties.

Ils s’affrontent violement à Thiaroye, au commissariat de police et dans le bureau du procureur

Peine perdue, les deux émigrés, qui se vouent une haine viscérale, manquent d’en venir aux mains dans le bureau du commissaire de police. Appréciant la nature profonde de leur différend, les limiers procèdent à une continuation de la procédure. Les deux parties sont tout de même remises en liberté, à charge pour eux de déférer à toute réquisition ultérieure de la police. Dans la cour dudit commissariat de police, les deux émigrés s’affrontent à nouveau, avant d’être raisonnés par les policiers. Ce n’est pas tout, puisque, en cours de route, ils  ont engagé une nouvelle bagarre. Encore une fois, ils sont conduits à la police.

Cette fois, ils sont placés en garde à vue pour violence, voies de fait et injures réciproques. Déférés mercredi dernier, les deux émigrés sont attraits devant le procureur en charge de leur dossier. Là également, nous apprend-on, ils ont étalé leur antagonisme, au point de vouloir en venir aux mains. Le magistrat qui s’apprêtait à leur accorder une libération sur convocation, a revu sa copie et les a placés sous mandat de dépôt. Ils devraient faire face au juge pénal le 24 février prochain.

Abdoulaye DIEDHIOU 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*