Une mère aide sa fille de 16 ans à se débarrasser de son nouveauté-né

femme enceinteL’OBS – La jeune fille K.B., âgée de 16 ans, promise à un émigré établi en Espagne, est tombée enceinte des œuvres de son amant. En complicité avec sa maman, Aïssatou Diallo, elle accouche et tue l’enfant. Arrêtées, elles ont été déférées puis placées sous mandat de dépôt.

Avec le phénomène des grossesses précoces dont la plupart des auteurs restent incarcérés, l’infanticide continue de faire parler d’elle dans la région orientale. Cette fois-ci, c’est au quartier Saré Guilél que les faits se sont produits le 31 décembre dernier. Ce jour-là, les éléments de la Brigade de la gendarmerie territoriale de Tambacounda ont été informés de ce que la fille K.B. venait d’accoucher d’un nouveau-né qui a finalement perdu la vie dans des circonstances douteuses.

Les pandores débarquent sur les lieux et mettent la main sur la mise en cause. Soumise à un interrogatoire, la jeune fille déclare avoir accouché d’un mort-né dans la maison avec l’aide de sa maman, Aïssatou Diallo. Loin d’être convaincus, les pandores ont procédé à l’évacuation de la jeune fille au centre hospitalier régional pour les besoins d’une autopsie. Toute chose ayant une fin, le pot aux roses a fini par être découvert grâce aux conclusions du médecin. Elles révèlent que le bébé est bel et bien mort des suites d’une strangulation par sa maman qui n’a jamais effectuée de visite prénatale durant toute sa grossesse. Suffisant pour que les pandores procèdent à l’interpellation de la jeune fille et de sa maman.

Face aux enquêteurs, la fille lâche le morceau et avoue les faits. K.B. déclare avoir tué son nouveau-né après une grossesse non désirée et contractée des œuvres de son amant. Quant à sa maman, elle explique que la grossesse de sa fille était indésirable. Pour la simple raison que la main de sa fille était déjà promise à un émigré. D’ailleurs, la date même de la célébration de l’union a été fixée. Le mariage allait être célébré au retour de l’émigré à Tamba.

Des déclarations qui n’ont pas été assez convaincantes pour les disculper. La fille et sa maman ont été déférées au terme de leur durée légale de garde à vue.

En attendant la poursuite de l’enquête par le magistrat instructeur, les pandores sont à la recherche de l’amant de la fille qui, dès que la nouvelle est tombée, n’a rien trouvé de mieux que de prendre la poudre d’escampette. Il sera sans doute poursuivi pour le délit de détournement de mineure, suivi de grossesse.

Pape Ousseynou DIALLO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*