Université Assane Seck de Ziguinchor : La tête du Recteur mise à prix par les travailleurs

university-assane-seck-de-ziguinchorLes travailleurs de l’Université Assane Seck de Ziguinchor, regroupés autour du Syndicat autonome des travailleurs des universités et des centres universitaires (SATUC) ont fait face à la presse pour partager avec les journalistes un certain nombre de problèmes récurrents que vit l’Université depuis un certain temps. «Comme vous le savez tous, l’Université Assane Seck de Ziguinchor vit ces dernières temps ses moment les plus sombres depuis sa création en 2007», a dit, à l’entame de ses propos, le secrétaire général du SATUC, section université Assane Seck de Ziguinchor, Sidaty Sané.
 
Et de poursuivre, «ce point  de presse convoqué a pour objet de vous faire part d’un certain nombre de frustrations et de problèmes que nous rencontrons au sein de l’Université Assane Seck de Ziguinchor depuis plusieurs années et qui peinent à trouver solutions. Le SATUC a ainsi décidé, de prendre l’opinion à témoin sur la situation calamiteuse qui prévaut dans notre temple du savoir. Cela fait déjà plusieurs mois que nous avions entamés des négociations en vue de la satisfaction de la plateforme revendicative du syndicat déposé depuis le 1er mai 2015 ou figurent en grande partie les doléances non satisfaites de 2012, 2013, 2014, 2015, et 2016. Comme vous le savez sans nul doute, les PATS de l’Université Assane Seck de Ziguinchor  sont en grève depuis le jeudi 20 octobre 2016 pour réclamer leur droit.» Pour Rappel, le SATUC avait tenu une conférence de presse à la date du 20 juin 2016 pour décliner les engagements fermes pris par l’autorité de l’Université Assane Seck de Ziguinchor à l’issue des négociations du 18 juin 2016. «L’autorité s’était engagée pour la satisfaction de la plateforme revendicative du SATUC qui tournait autour de 22 points.
 
Malheureusement à la date du 28 octobre 2016 seuls quatre (4) points sur  les vingt deux (22) ont été satisfaits à savoir, les avancements, l’achat de tablettes pour les informaticiens du Centre des Ressources Informatiques, l’achat des fauteuils, réparation de climatiseurs. Sur les dix huit (18) autres points restants le SATUC note avec désolation l’absence de réactions et de mesures de la part de l’autorité en l’occurrence le Recteur de l’Université, le Pr Courfia Kéba Diawara qui préfère gaspiller les maigres ressources financières de l’Université», a souligné Sidaty Sané. Si pour ces travailleurs, l’Université Assane Seck de Ziguinchor est malade et son personnel en subit les pires conséquences, «aujourd’hui, la goutte d’eau de trop reste l’absence d’engagement réel des autorités dans la prise en compte des doléances des PATS. En dépit de tout cela le SATUC accepte néanmoins de faire des concessions mais reste intransigeant sur les points suivant : le paiement des prestations de santé, le versement des cotisations sociales (IPRES, Caisse de Sécurité Sociale, FNR), le versement des subventions dans le cadre de la formation du PATS, le recrutement de l’infirmier d’Etat et du vaguemestre, le cloisonnement de bureaux des camarades, la construction d’abris pour les chauffeurs et l’accès à l’eau courante.
 
Sans verser dans une quelconque dramatisation outrancière, la mal gouvernance de notre université interpelle fortement ses principaux acteurs. Nous disons non, l’Etat ne peut pas continuer à protéger et à promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d’enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Nous le disons haut et fort, tout vas mal à l’Université Assane Seck de Ziguinchor », ont «chanté» ces travailleurs. Ledit syndicat des travailleurs de l’Université Assane Seck de Ziguinchor note ainsi avec indignation, désolation et amertume que, «les autorités n’ont aucun respect à l’endroit de la communauté universitaire car n’ayant respecté aucun des engagements pris lors des dernières rencontres. Mes chers camarades, militants de notre mouvement syndical, l’inaction des autorités de l’Université Assane Seck de Ziguinchor face à cette situation nous interpelle tous car, l’heure est grave et la situation de l’Université très alarmante. Le SATUC dit non. Ça suffit, cette comédie de gestion des affaires de l’Université  doit s’arrêter car ayant trop durée. Nous dénonçons avec la dernière énergie le comportement du Recteur qui ne fait aucun effort pour remédier à la tension sociale qui prévaut dans l’espace universitaire», a conclu Sidaty Sané et ses camarades.         
In the Spotlight

Cese : Mimi Touré manoeuvre déjà

by bishba in Politique 0

Elle n’a pas attendu sa passation se service avec Aminata Tall pour démarrer ses activités au sein du Conseil économique social et environnemental. Aminata Touré ne veut en effet pas perdre de temps. Elle a [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*