Usurpation de fonction, faux et usage de faux, escroquerie : L’ancien déclarant en douane récolte 2 mois de prison

PrisonnierAprès la perte de son emploi, Ndiogou Wack Bâ n’a pas trouvé mieux que de se faire passer pour un policier afin d’extorquer des sous à ses concitoyens. Comparaissant pour usurpation de fonction, faux et usage de faux dans un document administratif, escroquerie, il a été condamné à 2 mois de prison ferme.

Il est en larmes devant la barre. Malgré les regrets réitérés, Ndiogou Wack Bâ n’a pas échappé au glaive de la justice. L’ancien déclarant en douane a été condamné à 2 ans dont 2 mois ferme pour usurpation de fonction, faux dans un document administratif et escroquerie au préjudice de Mame Diarra Camara.

Même s’il collaborait avec la Section de recherche de la gendarmerie de Colobane dans les cas de certaines investigations, il a outrepassé ses prérogatives en se permettant même d’agir comme un policier. Il réglementait la circulation et faisait aussi des constats d’accident comme si de rien n’était. 

Lors d’une matinée de pur hasard, il a arrêté Mame Diarra Camara qui était à bord de son véhicule en lui réclamant 15 mille francs après l’avoir verbalisée. Suite à des négociations, les parties ont trouvé un compromis sur la somme de 10 mille francs que la partie civile était sur le point de payer.

Sentant qu’elle avait à faire à un bandit, la victime ne s’est pas privée de le dénoncer à la police. Suite à une plainte de la dame, il a été interpellé par les enquêteurs. Une fouille corporelle a permis de trouver par-devers lui une torche de la police. Devant les enquêteurs, il est passé aux aveux. 

Il a réitéré ces déclarations à la barre du Tribunal des flagrants délits avant de fondre en larmes. Pour des faits aussi constants, le Parquet a requis l’application de la loi. Selon les révélations de l’avocat de la défense, Ndiogou Bâ n’est pas issu d’une famille pauvre. «C’est vrai qu’il ne vit pas avec ses parents séparés. Mais il a la chance de vivre sous l’aile protectrice de son grand-père qui l’a choyé.

Sa maman, qui est établie en Europe, contribue aussi a son éducation en l’envoyant souvent de l’argent», a révélé l’avocat qui poursuit «qu’après sa formation en déclaration de douane, il n’avait pas chômé.

Il avait trouvé un bon travail et gagnait bien sa vie», a dit Me Gaye. L’avocat estime que «c’est après la perte de son emploi que ses ennuis financiers ont commencé».

«Il n’avait plus rien, c’était un handicap psychologique», a expliqué son conseil. Et puisqu’il a reconnu sa faute, il estime qu’il peut bénéficier de circonstances atténuantes. Il a sollicité la clémence du Tribunal en précisant que son client a collaboré à la manifestation de la vérité. Cette requête a été entendue par le Tribunal qui l’a condamné à 2 mois de prison ferme.

Justin GOMIS

justin@lequotidien.sn

In the Spotlight

Algérie : l’armée se fera-t-elle piéger?

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

Manipulations, infiltrations, et bien manif anti-ANP, Salah poursuit sa lutte Depuis quelques heures le discours médiatique dominant, jusqu’ici plutôt réservé à l’encontre du puissant général algérien, Gaïd Salah, commence à changer.  RFI, AFP, la presse [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*