Usurpation de fonction Un clerc qui se faisait passer pour un huissier risque gros

Usurpation de fonction Un clerc qui se faisait passer pour un huissier risque gros

Un faux huissier a comparu, avant-hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour usurpation de fonction, faux et usage de faux en écriture privée authentique et escroquerie.

Renvoyé du cabinet d’avocat, il a volé la clé USB de son ex patron et son cachet pour établir de faux procès-verbaux de constat et des actes moyennant des sommes d’argent.

Le sieur Ange P. Badiane, clerc de son état, a fait face, avant-hier, aux juges du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des délits d’usurpation de fonction, faux et usage de faux en écriture privée authentique et escroquerie. Il ressort des débats d’audience que le mis en cause se présentait à ses interlocuteurs comme étant un huissier de justice.

Des faits qu’il a toujours niés avant que le tribunal ne lui rappelle les 35.000 francs qu’il avait encaissés pour une assignation. Il faut dire que Ange P. Badiane a été licencié du cabinet d’avocat où il travaillait après avoir commis les mêmes faits.

En effet, l’enquête a révélé qu’il avait été licencié après 5 ans de service pour avoir commis un faux et une usurpation de fonction. Invité à prendre ses bagages et à vider les lieux, le mis en cause, en partant, a volé la clé USB de son ex patron et son cachet.

C’est pour établir de faux procès-verbaux de constat et des actes en échange des sommes d’argent. Malgré la gravité des faits et contre toute attente, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. De son côté, l’avocat de la défense estime que la place du prévenu n’est pas en prison. Car, dit-il, rien atteste que c’est lui l’auteur des faits.

« Il a nié, depuis l’enquête préliminaire, être l’auteur des faits. Et, le plaignant n’a même pas comparu devant vous. C’est la raison pour laquelle je vous demande de le relaxer à titre principal et, à titre subsidiaire, de le relaxer au bénéfice du doute », a plaidé la robe noire. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour rendre sa décision le 6 novembre prochain.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*