Vaccination Contre Le Cancer Du Col De L’utérus : And Gueusseum Prescrit Le Boycott

Lancée, hier, à Dakar, la vaccination contre le cancer du col de l’utérus inclue cette année dans le Programme élargi de vaccination (Pev) risque d’être compromise. Et pour cause, les syndicats de la santé, regroupés autour d’And Gueusseum, appellent au boycott de ce programme jusqu’à ce que les autorités satisfassent leurs revendications.  

Le programme de vaccination contre l’antigène responsable du cancer du col de l’utérus a démarré, hier, à Dakar. A travers cette activité, les services du ministère de la Santé et de l’Action sociale entendent prendre leurs devants pour barrer la route au cancer du col de l’utérus. Pour Dr Ndeye Maguette Ndiaye, médecin-chef de la région de Dakar, la planification a été faite avec les acteurs de la santé qui sont sur le terrain.

Pour rassurer, cette dernière affirme que la grève des acteurs de la santé n’aura aucune répercussion sur le bon déroulement des activités du programme. Parce que cette maladie est un problème de santé publique majeur et le personnel soigné est bien sensible. Elle est aussi consciente que c’est une stratégie à dérouler pour le bénéfice des populations.

Seulement cette sortie ne semble pas baisser la température du côté des syndicats de la santé qui déroulent actuellement leur 14ème plan d’actions. Mballo Dia Thiam et ses camarades qui campent toujours sur leur position comptent poursuivre leur mouvement d’humeur jusqu’à obtenir gain de cause. «Le boycott des activités se poursuivant dans le cadre du 14ème plan d’actions avec celles notamment du Programme élargi de vaccination (Pev) incluant le nouvel antigène contre le cancer du col (Pvh), l’Asas/Sutsas-Sudtm-Sat Santé/D And Gueusseum en appelle aux camarades pour le respect des mots d’ordre, seul gage de succès», lancent Mballo Dia Thiam et Cie dans un communiqué.

Ils n’entendent participer à aucune activité que ce soit. Pour eux, le dénuement dans lequel le secteur de la santé et de l’action sociale se meurt, caractérisé par l’absence quasi-totale de soins, de données sanitaires complètes et fiables et bientôt de vaccinations totales devrait préoccuper le gouvernement. Qui d’après eux, parle de rupture. Sous ce rapport, ils exigent le respect des accords et l’égalité de traitement des travailleurs et organisations syndicales.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*