Velléités de modification constitutionnelle: Hollande met en garde les chefs d’Etat africains

Le président français François Hollande a mis en garde tous les chefs d’État africains sur une tentative de modification de leur constitution pour rester au pouvoir|LeFigaro
Le président français François Hollande a mis en garde tous les chefs d’État africains sur une tentative de modification de leur constitution pour rester au pouvoir|LeFigaro
Le président français François Hollande a mis en garde tous les chefs d’État africains sur une tentative de modification de leur constitution pour rester au pouvoir|LeFigaro

Le président français François Hollande a mis en garde tous les chefs d’État africains sur une tentative de modification de leur constitution pour rester au pouvoir. 

François Hollande a donné des instructions fermes à la cellule africaine de l’Élysée à propos des tentatives de modification de plusieurs Constitutions en Afrique, à la veille d’élections présidentielles.

Selon une source citée par Lesafriques, Paris aimerait compter sur l’Union africaine pour éviter que de tels projets de modification des Constitutions soient entérinés.

Lors du sommet États-Unis/Afrique du 4 au 6 août 2014 réunissant une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement africains, Washington avait appelé, de son côté, les dirigeants africains à ne pas faire des textes sur mesure pour s’éterniser au pouvoir.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Barack Obama a toujours mis en garde les dirigeants africains contre des velléités de modification des institutions en Afrique, qui sapent les fondements de la démocratie.

Les États- Unis avaient souligné qu’ils feraient le gendarme pour que les systèmes démocratiques soient basés sur le respect des dispositions consensuelles et universelles et non des mesures qui visent à établir des pouvoirs à vie pour certains chefs d’État en Afrique.

Plusieurs pays comme le Burundi, la République démocratique du Congo, le Bénin et le Congo doivent organiser une élection présidentielle d’ici 2017. Certains chefs d’Etat comme Joseph Kabila, sont déjà dans l’œil de cyclone de l’opposition de leur pays, soupçonnés de vouloir se tailler une constitution sur mesure.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

« Nous n’avons pas annulé l’arrêté Ousmane Ngom »

by bishba in ACTUALITE 0

 A la suite de la publication d’un article de presse intitulé « La Cour suprême enterre l’arrêt Ousmane Ngom », la haute juridiction a tenu à apporter les précision suivantes : «La cour a annulé l’arrêté du [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*