Verdict de la Cour de justice de la Cedeao : Aminata Touré jubile

Après les avocats de l’Etat, c’est au tour de la ministre de la Justice d’exprimer sa satisfaction quant au verdict de la Cour de justice de la Cedeao. Verdict qu’elle juge favorable à l’Etat pour poursuivre la lutte contre la mal gouvernance.
mimi nice toff tay
La décision rendue par la Cour de justice de la Cedeao, après sa saisine par les avocats de Karim Wade, a été bien accueillie par les autorités gouvernementales. «Elle nous donne entière satisfaction et la détermination de lutter contre la délinquance financière et la mal gouvernance», a dit la ministre de la Justice. En point de presse samedi, dans les locaux de son département, Aminata Touré a ajouté : «La Cour de justice de la Cedeao s’est déclarée incompétente».

Ainsi, selon la Garde des Sceaux, «cette Cour, qui ne compte pas se substituer aux instances juridiques et judiciaires des Etats, a déclaré que la détention de M. Karim Wade n’était pas arbitraire, et qu’elle n’était pas non plus faite en violation de la loi.

Et sa décision est sans équivoque». C’est pourquoi, explique Mme Touré, «elle l’a débouté de sa demande d’indemnisation portant sur une centaine de milliards». Mimi Touré de rappeler que les dispositions du règlement de la Cour de justice de la Cedeao n’autorisent pas d’intervenir dans les procédures en cours ou qui ont déjà été jugés par les Etats membres.

Pour elle, cette décision de la Cour «a clarifié les choses». Et ceci va leur permettre, dit-elle, «de poursuivre la lutte contre la mal gouvernance et la corruption devenue une exigence nationale, sous-régionale et mondiale». Mimi Touré croit également que cette jurisprudence va décourager ceux qui s’aventureront à saisir la Cour de la justice de la Cedeao de manière intempestive.
«Désormais, l’arrêt du 22 février est derrière nous», a-t-elle souligné. Car  elle (la Cour) de­man­dait d’établir sur une base légale l’interdiction de sortie du territoire national des pontes de l’ancien régime. Sur les autres points, la Cour a indiqué aussi qu’il n’y avait pas violation des droits de l’Homme. Et selon la Garde des Sceaux, «il ne sera pas question de lever l’interdiction de sortie du territoire puisque la base légale a été réaffirmée par la Cour de justice de la Cedeao» qui demande de laisser la justice sénégalaise suivre son cours tout en garantissant un procès libre et équitable.
Pour rappel, après l’arrestation de Karim Wade, ses avocats avaient saisi la Cour de la justice de la Cedeao pour poser les droits de leur client et demander sa libération pour détention arbitraire, la suspension de la participation de l’Etat du Sénégal aux instances de la Cedeao, l’interdiction de sortie du territoire et l’arrêt des poursuites contre lui (Karim). Ils avaient aussi demandé à la Cour  de dire que la détention du fils de l’ancien président du Sénégal était «arbitraire». C’est  suite à ces interpellations que la Cour de justice de la Cedeao a rendu son verdict.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*