CES GRANDS DOSSIERS QUI ATTENDENT LE MINISTRE DE LA JUSTICE, MALICK SALL

Le tout-premier passage à l’Assemblée nationale de Malick Sall, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, prévu ce vendredi 29 novembre pour l’examen du budget 2020 de son département, risque d’être une longue séance d’explications et de révélations des autorités en charge du bon fonctionnement de la Justice. En effet, plusieurs dossiers attentent Malick Sall qui fera face à la représentation nationale pour la défense du budget de son ministère. Le dossier des récents évènements de Louga avec la vandalisme subi par les locaux du tribunal lors du procès du maître coranique Cheikhouna Guèye qui a conduit à des saccages des locaux du tribunal de grande instance sera, sans doute, remis au goût du jour.

L’affaire Petro-Tim
Il va sans dire que les députés vont aussi interpeller le ministre sur l’avancée du dossier Petro-Tim, impliquant, entre autres, Aliou Sall, frère du président de la République. Le procureur a bouclé les auditions, ce mardi, après le passage du représentant de Petro-Tim au Sénégal. Seulement, des personnalités comme l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, et le député, Mamadou Lamine Diallo, qui ont été déjà auditionnées, craignent que ce dossier soit rangé aux oubliettes.

Les dossiers du trafic de drogue
Les saisines de drogue qui sont en cours, ces temps-ci, au Sénégal ne laissent personne indifférente. La récente saisine de plus de 5 kg de cocaïne a été opérée par la Brigade de tourisme de la Subdivision des Douanes de l’Aibd, il y a deux jours, le mercredi 27 novembre 2019. Les députés pourraient relever ce le dossier de la libération de certains étrangers, épinglés dans une rocambolesque affaire de plus de 700 kilos de cocaïne, afin de savoir sous quel prétexte le couple allemand et les deux Italiens qui avaient été inculpés suite à une importante saisine sur un bateau de Grimaldi, ont pu bénéficier d’une liberté provisoire avant de quitter le territoire sénégalais.

Le désengorgement de la Mac de Rebeuss

Au mois de septembre dernier, la nouvelle prison de Sébikotane a été inaugurée. Cette prison, d’une capacité de 400 places, devrait participer à la politique de désengorgement de la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss. Ce qui n’empêchera pas les élus d’interpeller le ministre sur les conditions de détentions des prisonniers décriés, à chaque fois que l’occasion se présente, par les organismes de défense des droits de l’homme…

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.