États-Unis : Donald Trump signe une loi soutenant les manifestants à Hong Kong, colère de Pékin

Le président américain a promulgué mercredi une loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong, provoquant la colère de la Chine qui menace les États-Unis de “contre-mesures”.

Le président américain, Donald Trump a promulgué, mercredi 27 novembre, une loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong.

Pékin a qualifié jeudi ce texte d'”abomination absolue” et a menacé Washington de représailles, en pleine guerre commerciale entre les deux pays. Pékin a par ailleurs convoqué l’ambassadeur des États-Unis en Chine, appelant Washington à “ne pas mettre en œuvre” cette loi.

Le “Hong Kong human rights and democracy Act” a été adopté à l’unanimité au Sénat américain, contrôlé par les républicains, la semaine dernière, et avec 417 voix pour et une contre à la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires.

Ce texte prévoit que le département d’État vérifie au moins une fois par an que Hong Kong, rétrocédée à la Chine en 1997, dispose de suffisamment d’autonomie pour continuer à bénéficier d’un traitement commercial spécial de la part des États-Unis. Une relation économique qui a permis à l’ancienne colonie britannique de devenir un pôle financier mondial.

L’instauration de sanctions contre les représentants qui seraient accusés de violation des droits humains dans le territoire semi-autonome est aussi prévue.

Une autre mesure vise à interdire les exportations de certains équipements anti-émeute à destination des forces de sécurité hongkongaises.

“J’ai signé ces lois par respect pour le président Xi (Jinping), la Chine, et le peuple de Hong Kong”, a affirmé Donald Trump dans un communiqué. “Elles sont promulguées dans l’espoir que dirigeants et représentants de la Chine et de Hong Kong pourront régler leurs différends à l’amiable pour mener à une paix durable et une prospérité pour tous”.

Ingérence grave

Le gouvernement hongkongais, qui a fait part de son opposition à la loi promulguée par le président américain, estime que celle-ci envoie un mauvais signal aux manifestants.

Pékin a d’ores et déjà prévenu que la Chine prendrait des “contre-mesures fermes” si les États-Unis continuaient d’interférer dans les affaires de Hong Kong et de la Chine.

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, cette loi constitue une ingérence grave dans les affaires internes chinoises. Celui-ci a par ailleurs souligné que les démarches américaines étaient “vouées à l’échec”.

Dans un communiqué distinct, il a annoncé avoir convoqué l’ambassadeur des États-Unis à Pékin et lui avoir demandé que Washington cesse ses ingérences et arrête de nuire davantage aux relations sino-américaines.

À la suite du vote du texte au Congrès américain, la diplomatie chinoise avait dit y voir une forme d’encouragement aux violences qui secouent Hong Kong depuis plusieurs mois.

Relations sino-américaines

De son côté, Donald Trump s’était vanté d’avoir, à lui seul, empêché Pékin de lancer une vaste opération militaire à Hong Kong pour mettre fin à la contestation. Le président américain avait ajouté avoir dit à son homologue chinois, Xi Jinping, qu’une telle intervention de la Chine nuirait “considérablement” aux négociations commerciales sino-américaines.

Dans le communiqué annonçant la promulgation de la loi, Donald Trump indique avoir des réserves sur des parties du texte – une démarche courante lorsqu’un président veut souligner qu’il dispose des pouvoirs exécutifs pour agir à son gré en matière d’affaires étrangères.

Sur ce point, une personne au fait de la question a déclaré qu’en faisant part de ses réserves, le président des États-Unis tentait peut-être de rassurer la Chine sur le fait qu’il ne mettra pas en œuvre les mesures les plus strictes prévues par la loi, sauf si la répression des manifestations venait à s’accentuer à Hong Kong.

Cette même source a indiqué que les conseillers du président américain ont également débattu la semaine dernière de l’hypothèse qu’une promulgation du texte puisse nuire aux efforts destinés à mettre fin au conflit commercial avec la Chine.

Avec Reuters et AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.