Mexique: violents affrontements dans le fief d’El Chapo

Les forces de l’ordre mexicaines et des bandes armées se sont violemment affrontées jeudi soir à Culiacan, fief d’El Chapo, un chef de cartel qui purge depuis juillet dernier une peine de prison à perpétuité aux États-Unis. C’est en marge de cette bataille qu’un homme, identifié comme son fils, Ovidio Guzman Lopez, a été donné comme arrêté. Puis il aurait finalement été relâché sous la pression des hommes armés.

Les informations demeurent floues et parcellaires. L’homme aurait été localisé un peu « par accident », lors d’une patrouille de la Garde nationale à Culiacan, capitale du Sinaloa, dans le nord-ouest du Mexique.

Plusieurs médias mexicains, dont les chaînes Milenio TV et Televisa, ainsi que l’agence de presse Reuters, citant différentes sources, ont annoncé l’arrestation d’Ovidio Guzman Lopez, fils de Joaquin « El Chapo » Guzman, à Culiacan, par les forces de sécurité. Cette annonce aurait déclenché la riposte de civils armés.

Puis, lors d’une brève allocution, le secrétaire d’État à la Sécurité et la protection des citoyens, Alfonso Durazo, a indiqué que Guzman fils avait été « localisé avec trois autres occupants » dans un logement de la capitale provinciale « contrôlé » par les militaires, mais ne disant pas que l’homme était détenu.

Dans un troisième temps, le même Alfonso Durazo aurait confirmé à Reuters que les forces de sécurité avaient relâché Guzman pour se protéger.

De son côté, El Milenio indique lui aussi que Ovidio Guzman Lopez a été « laissé libre », dans le but de « protéger » les habitants de la ville.

Depuis l’emprisonnement de son père cet été, Ovidio Guzman Lopez aurait, avec ses frères – dont l’un d’entre eux aurait été tué lors de ces mêmes affrontements – gardé une influence dans le cartel de Sinaloa.

Le cabinet de sécurité du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador s’est réuni à Oaxaca et devrait donné plus de détails sur ces événements dans la journée.

Des tirs nourris opposants des civils armés aux forces de sécurité mexicaines à Culiacan ont retenti en pleine après-midi dans les rues de cette ville de 750 000 habitants ainsi que des explosions de véhicules, forçant les résidents à se terrer chez eux, a rapporté un correspondant de l’AFP. Les écoles et garderies ont été fermées. Des photos d’agences montrent des cadavres sur le bitume.

Considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant au monde, El Chapo a acheminé aux États-Unis au moins 1 200 tonnes de cocaïne sur un quart de siècle. Malgré son arrestation, l’organisation continue d’acheminer la majorité de la drogue qui entre aux États-Unis. Durant le procès, l’accusation a montré que le Mexicain avait ordonné l’assassinat ou mis lui-même à mort au moins 26 personnes, parfois après les avoir torturées. Il s’agissait d’informateurs, trafiquants issus d’organisations rivales, policiers, collaborateurs, voire de membres de sa propre famille.

Rfi