Violence conjugale à Dahra Djolof: elle surprend sa coépouse qui priait et lui assène un coup de hache

Niché dans le département de Linguère, le village de Gouye Teud est depuis lundi dernier secoué par une scène de violence conjugale mettant en exergue deux coépouses: B. Dieng et S Ndiaye.

A l’origine du différend, une bagarre entre leurs enfants respectifs. A l’époque, de bonnes volontés avaient proposé leurs services pour ramener la paix dans la maison. Seulement, c’était mal appréhender la profondeur de l’antagonisme entre les deux coépouses.

Lundi dernier, la dame S. Ndiaye qui a remarqué que ses enfants tombaient souvent malades, a sollicité des prières auprès d’un charlatan. Celui-ci révèle à sa patiente que l’état de santé fragile des enfants est le fruit d’actes mystiques posés par sa coépouse.

Prenant pour parole d’évangile les allégations du charlatan, la dame S. Ndiaye est retournée sur ses pas, avec la ferme résolution d’en découdre avec sa coépouse, B. Dieng. Elle choisit de s’en ouvrir indirectement à sa coépouse, à qui elle jette des piques, la traitant de tous les noms d’oiseaux, avant de se retirer dans sa chambre pour sacrifier à la prière de Guéwé (dernière prière obligatoire de la nuit).

Une aubaine exploité par B. Dieng qui, piquée dans son amour propre, a décidé de solder ses comptes avec S. Ndiaye. Elle s’est alors armée de hache et a surpris S. Ndiaye qui priait encore dans sa chambre. Sans sommation, elle lui assène un violent un coup à la tête. S. Ndiaye s’affale et tombe dans les pommes.

D’urgence, elle est conduite au centre de santé de Dahra Djolof, dans un sérieux état clinique, souffrant d’une plaie profonde et béante. Ses proches ont porté plainte à la gendarmerie et B. Dieng est mis aux arrêts. Placée en garde à vue, elle devrait être déférée ce matin au parquet de Louga, rapporte L’Observateur

Par Ibrahima DIENG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*